Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 13:02

a créé la surprise en se lançant, dimanche soir, dans la course à l'Elysée. Depuis, la classe politique commente cette nouvelle candidature. A droite, plusieurs leaders de l' ont appelé l'ancien Premier ministre a renoncé à son projet présidentiel. A gauche, a évoqué, ce lundi matin, un «homme de convictions».

«Il a surpris son monde. Je ne sais pas exactement si cette candidature ira jusqu'au bout», a commenté le candidat du PS à la présidentielle, au micro de RTL, ce lundi matin. «C'est un homme de conviction. On verra, si sa conviction est aussi forte que les pressions qu'il a en ce moment sur son dos», s'est interrogé François Hollande.

Manuel Valls a assuré que «l'alternance, le changement, le redressement du pays, c'est François Hollande qui le représente». Sur Europe 1, le responsable de la communication du candidat socialiste a néanmoins salué «un vrai républicain». «Il a une certaine vision du rôle de la France dans le monde, très différente de celle de Nicolas Sarkozy, a commenté le député-maire d'Evry. Mais, si Dominique de Villepin veut le changement, c'est à lui de choisir en cohérence.»

Olivier Besancenot, membre de la direction nationale du NPA, a pour sa part jugé sur LCI que «tout ce qui divise la majorité présidentielle, c'est bon à prendre car on souhaite tous que Nicolas Sarkozy se prenne une grosse claque aux élections».

Jean-Luc Bennhamias, vice-président du Modem, a lui aussi réagi sur France Info. Sa candidature «me surprend comme tout le monde (...). Ça n'enlève rien à son intelligence». Ira-t-il jusqu'au bout ? «Je n'en sais rien. J'en connais les difficultés (...). Avoir les signatures de maires, ce n'est facile pour un homme qui n'a jamais été élu même s'il a eu de hautes responsabilités au niveau de l'Etat.»

Jean-Louis Borloo a, de son côté, estimé sur RTL que l'annonce de la candidature de Dominique de Villepin à l'élection présidentielle de 2012 était une «grande mauvaise nouvelle» pour François Bayrou, candidat MoDem à l'Elysée, «pas pour Nicolas Sarkozy». «Dominique de Villepin joue une partition qui est : je suis au-dessus, s'il y a une crise extrêmement grave, je suis disponible. Et pour autant je laisse (François) Bayrou occuper cet espace de gens qui, par nature, sont ni franchement socialistes ni franchement Sarkozystes», a affirmé le président du Parti radical, qui a lui-même renoncé en octobre à être candidat à la présidentielle.

«C'est pas une bonne nouvelle», déplore Eric Raoult.
Sur France Inter, le député UMP a mis l'ex-Premier ministre en garde : «Il ne faut pas qu'il crée l'irrémédiable, c'est ce que je lui dirai : La politique ça ne se fait pas tout seul. Tu t'es présenté mais il ne faut pas se séparer

Christian Jacob, président du groupe UMP à l'Assemblée, a, lui, confié : «J'aurais souhaité qu'il ne le fasse pas. Dominique de Villepin a été au coeur de deux dispositifs de deux campagnes électorales, celle de 1995 et 2002, il sait qu'une candidature à la présidentielle, ça ne s'improvise pas. Ce que je souhaite c'est qu'il revienne dans sa famille, qu'on soit rassemblés.»

«J'attendais plus de responsabilité!» s'est exclamé Christian Estrosi. Sur Twitter, le député-maire UMP de Nice a également déploré, ce lundi matin : «Villepin: une candidature de plus alors qu'il prône l'union nationale».

«Tout ça se terminera de manière un peu pitoyable pour lui, ce qui est dommage», a jugé Alain Minc sur France Info. L'économiste, conseiller officieux de Nicolas Sarkozy, a commenté ainsi cette candidature qui ne lui paraît pas «fondamentalement sérieuse» : «Dominique de Villepin, qui connaît ses classiques, aurait dû méditer l'histoire de Michel Debré en 1981, personnage infiniment plus installé dans le paysage politique et qui termine à 1%»

Morano : «Dominique de Villepin est un homme seul». «Dans cette période de crise grave, se lancer dans une candidature solitaire est dangereux», a déclaré Nadine Morano sur BFMTV, dimanche soir. «Dominique de Villepin est un homme seul, sans moyens financiers, sans mouvement politique... L'intérêt général de la France, c'est de faire bloc autour du président de la République», a ajouté cette proche de Nicolas Sarkozy.

«Dominique de Villepin a eu la mauvaise idée de la dissolution de 1997. Je voudrais qu'il ne commette pas l'erreur de la division en 2012», a-t-elle ajouté. «Je souhaite qu'il prenne encore le temps de la réflexion et qu'il rallie Nicolas Sarkozy», a ajouté Nadine Morano, parlant d'une «candidature de posture».

Pour sa part, Valérie Rosso-Debord, députée de Meurthe-et-Moselle et déléguée générale adjointe de l'UMP, «regrette» dans un communiqué la décision de Dominique de Villepin. Benoist Apparu, secrétaire d'Etat au logement, a le même point de vue : «Villepin candidat à la présidentielle ! A quoi ça sert», remarque-t-il sur twitter.

La secrétaire d'Etat aux Solidarités, Marie-Anne Montchamp, ancienne porte-parole de Dominique de Villepin, a dit sur LCI, regretter la «candidature de témoignage» de l'ancien Premier ministre. «Je prends acte de cette candidature qui est une candidature de témoignage, Dominique de Villepin l'a dit lui-même, qui va lui permettre de poursuivre son dialogue avec les Français», a dit Mme Montchamp. «Je regrette personnellement car il me semble que le moment n'est pas optimal pour ce type de candidature».

Xavier Bertrand : «Que Dominique de Villepin nous rejoigne le plus tôt possible». Avant même que Dominique de Villepin annonce sa candidature, ce dimanche soir au 20 Heures de TF1, Xavier Bertrand l'a appelé à rejoindre le camp de Nicolas Sarkozy. Invité de radio France Politique, le ministre du Travail a insisté : «Que Dominique de Villepin nous rejoigne le plus tôt possible parce que nous sommes dans un moment difficile. (...) Dans ce moment précis, on a besoin de tous les talents, de toutes les énergies.» Peine perdue pour l'instant. Le président de République solidaire s'est lancé dans la course à la présidentielle alors que des informations circulaient ces derniers jours sur son intention d'abandonner.

Bertrand a également courtisé François Bayrou, le candidat du MoDem, qui progresse rapidement dans les sondages. «Il appartient à la famille centriste. Qu'il nous rejoigne, c'est bien évidemment ce que je souhaite», a-t-il dit. Depuis l'entrée en campagne de l'ancien ministre de l'Education nationale dans les gouvernements d'Edouard Balladur puis d'Alain Juppé, l'UMP s'efforce de le faire revenir dans sa famille politique d'origine.

«La voix de Villepin ne pouvait être absente du débat présidentiel», déclare Jean-Pierre Grand. Le député UMP, président de République solidaire, parti fondé par Dominique de Villepin, s'est félicité dimanche de la candidature de l'ancien Premier ministre.«Sa vision, son expérience et son courage, porteront son projet politique, ambitieux face à la crise, socialement juste pour les Français et moderne pour refonder la Nation».

Source:Le Parisien

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth koko France - dans Vu dans la presse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ACSCI France
  • ACSCI  France
  • : L’ACSCI (Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne) est une cellule de réflexion d’intellectuels ivoiriens qui s’unissent pour la défense des droits des populations."Vous souhaitez adhérer ou représenter notre cellule dans votre pays de résidence, n’hésitez pas à nous contacter."
  • Contact

Le Fondateur

  • Seth koko France
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur

Annonces

Cote-divoire-drapeaudrapeau franceBienvenue sur le site officiel de la représentation française de l'ACSCI

Vous souhaitez intégrer notre céllule de réflexion l'ACSCI (l'Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne), le groupe de France, contactez-nous à acscifrance@sethkoko-blog.com ou Tel: 0033 666155982

Recherche