Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 12:59

SR.jpgUn ex-haut fonctionnaire a confirmé en décembre au juge qui sur l'affaire Karachi que , ministre du Budget en 1994, avait validé la création d'une société luxembourgeoise servant à payer des intermédiaires dans des contrats d'armement, affirme ce lundi Libération. Le journal s'appuie sur un procès-verbal d'audition du 2 décembre, devant le juge Van Ruymbeke, de Gérard-Philippe Menayas, ancien haut fonctionnaire du ministère de la Défense et ex-directeur administratif et financier de la DCNI, branche internationale de la Direction des constructions navales qui a vendu en 1994 au Pakistan des sous-marins Agosta.

Gérard-Philippe Menayas est interrogé sur la création en 1994 au Luxembourg de la société offshore Heine, utilisée par la DCNI pour verser des commissions, qui seront légales jusqu'en 2000, à des intermédiaires dans des contrats d'armement. Certains d'entre eux ont oeuvré au contrat Agosta. «Il est clair que le ministère du Budget a nécessairement donné son accord pour la création de Heine (...) Vu l’importance du sujet, cette décision ne pouvait être prise qu’au niveau du cabinet du ministre», a déclaré M. Menayas sur le PV cité par Libération.

Les juges tentent de déterminer si des rétrocommissions, alimentées grâce à l'intervention d'intermédiaires rémunérés par des commissions dans les contrats Agosta et Sawari II (avec l'Arabie saoudite), ont pu financer la campagne présidentielle de 1995 d’Edouard Balladur.

NKM : «On laisse la justice faire»

Interrogé ce matin sur iTélé, Luc Chatel, ministre de l’Education, a rétorqué : «Laissons l’enquête judiciaire aller à son terme. (…) La justice avance, laissons la justice faire son travail.  Attendons les faits, et non pas de supposées révélations», a ajouté Chatel. Même ligne de défense de la part de Nathalie Kosciusko-Morizet. Invitée de France Inter, la ministre de l'Ecologie accuse la gauche de « grand mélange des genres », en menant tout à la fois « le réquisitoire et le verdict » dans l’affaire Karachi. «On laisse la justice faire», assure NKM, qui rappelle que «le gouvernement a systématiquement déclassifié les documents » pour « aider la justice à faire son travail».

Sapin : «Nicolas Sarkozy ne peut pas nous dire : Je ne savais pas»

A gauche, on est plus ou moins prudent sur la question des rétrocommissions qui auraient servi à financer la campagne d'Edouard Balladur. Sur France 2 lundi, le directeur de la communication de la campagne de François Hollande, Manuel Valls, «exige» que Nicolas Sarkozy «s'explique» sur l'affaire Karachi, qu'il a qualifiée d'«affaire d'Etat». M. Valls parle même d'un «besoin criant de vérité, de transparence». «Nous le devons aux familles des victimes», a-t-il ajouté. Le député-maire d'Evry ajoute par ailleurs que «Nicolas Sarkozy ministre du Budget savait forcément qu'il y a eu des commissions et peut-être, ce qui était interdit, des rétrocommissions».

Sur RTL, Pierre Moscovici, directeur de campagne de François Hollande, est plus mesuré et affirme que Nicolas Sarkozy était «probablement au courant» du versement de commissions. Mais, à ses yeux, la «vraie question» est : «Etait-il au courant de rétrocommissions ?». «Nicolas Sarkozy ne peut pas nous dire : Je ne savais pas», assène pour sa part Michel Sapin sur RMC – BFM-TV. Responsable du programme du candidat socialiste, l’ancien ministre PS affirme : «En tant que ministre du Budget, il a autorisé la structure » qui a servi à payer des intermédiaires dans des contrats d’armement. «Il aura surement des explications à donner, je n’ai pas pour ma part à lancer d’injonction», ajoute Michel Sapin.

Sarkozy «totalement étranger» à cette affaire

Un rapport de la police luxembourgeoise de janvier 2010 a déjà mis au jour le fait que Nicolas Sarkozy, ministre du Budget de 1993 à 1995, avait donné son accord à la création de Heine. Un document chronologique, non daté ni signé, saisi par la police à la DCN, évoque les circonstances de la création de Heine, mentionnant l'aval de Nicolas Bazire, directeur du cabinet du Premier ministre de l'époque Edouard Balladur, et de Nicolas Sarkozy.

En septembre dernier, l'Elysée avait affirmé que le chef de l'Etat n'avait «jamais exercé la moindre responsabilité dans le financement de (la) campagne» Balladur en 1995, dont il était le porte-parole, et son nom «n'apparaît dans aucun des éléments du dossier». M. Sarkozy est «totalement étranger» à cette affaire, «d'autant plus qu'à l'époque où il était ministre du Budget, il avait manifesté son hostilité à ce contrat comme cela apparaît dans les pièces de la procédure», avait précisé la présidence. Un attentat perpétré à Karachi le 8 mai 2002 a fait 15 morts, dont 11 Français employés de la DCN.

Source:LeParisien.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth koko France - dans Vu dans la presse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ACSCI France
  • ACSCI  France
  • : L’ACSCI (Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne) est une cellule de réflexion d’intellectuels ivoiriens qui s’unissent pour la défense des droits des populations."Vous souhaitez adhérer ou représenter notre cellule dans votre pays de résidence, n’hésitez pas à nous contacter."
  • Contact

Le Fondateur

  • Seth koko France
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur

Annonces

Cote-divoire-drapeaudrapeau franceBienvenue sur le site officiel de la représentation française de l'ACSCI

Vous souhaitez intégrer notre céllule de réflexion l'ACSCI (l'Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne), le groupe de France, contactez-nous à acscifrance@sethkoko-blog.com ou Tel: 0033 666155982

Recherche