Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 13:01

16205Déjà huit mois que Son Excellence, le Dr Alassane Ouattara est au pouvoir. Huit mois au cours desquels l’homme s’est attelé à colmater les brèches les plus béantes, et à tracer de nouveaux sillons pour l’avenir immédiat et lointain de la Côte d’Ivoire. Au plan diplomatique, il faut le reconnaître, Alassane Ouattara a réussi à placer son pays, au rang des nations respectées et fréquentables. L’avenir économique de la Côte d’Ivoire donne aujourd’hui envie à plusieurs hommes d’affaires et multinationales d’y investir. Mais au plan national de gros dossiers restent encore dans les tiroirs…

Ce pays était marqué au rouge, qualifié de destination non fréquentable. On a même entendu dire qu’Abidjan était ‘’la capitale la plus dangereuse au monde’’. Un peu d’exagération certainement, mais les populations ivoiriennes ont aujourd’hui moins le sommeil trouble qu’hier sous le régime de Laurent Gbagbo. Passé les moments de terreur et de frayeur pendant la crise postélectorale, avec son lot d’enlèvement, d’arrestation arbitraire et d’assassinats, les ivoiriens attendent qu’un changement notable s’opère dans leur quotidien. Il est indéniable, que depuis la fin de la crise qui s’est soldée par l’arrestation de Laurent Gbagbo le 11 avril dernier, l’espoir est né pour toutes les populations ivoiriennes. Que l’on soit du côté de l’ex-rébellion, des refondateurs ou du Rhdp, tout le monde reconnaît que le pays a pris un nouvel envol. Pour autant, les questions essentielles qui touchent au quotidien des ivoiriens, semblent n’avoir pas trop bougé. La première difficulté touche notamment aux prix des denrées alimentaires. Malgré les efforts du ministre du commerce pour faire baisser un tant soit peu les coûts, le marché ivoirien reste toujours cher. Un exemple permet de le savoir. Le litre de l’huile Dînor qui coûtait 800 Fcfa avant la crise est passé aujourd’hui à 1100 Fcfa. Il en est de même pour le kg du riz ‘’Dénikassia’’ qui est passé de 300 Fcfa à 450 Fcfa. Les exemples sont multiples en la matière, mais ces deux suffisent largement pour étayer nos propos. Pour les populations, ces indices ne permettent pas de percevoir un véritable changement dans le pays en dehors du fait que les canons se sont tus. Par ailleurs, bien des gens attendent que le pouvoir actuel s’attaque de façon frontale aux problèmes sociaux nés sous le régime des refondateurs. Ce sont notamment, les victimes des déchets toxiques, la difficulté pour les policiers de se trouver un logement compte tenue des baux administratifs qui posent problème, les victimes des maisons de placement sans oublier la mauvaise foi des acheteurs de cacao qui profitent de la misère des paysans en leur achetant leurs produits à 500 ou 600 Fcfa voire moins que ça. Et pourtant, le prix du Kg du cacao est fixé à 1000 Fcfa.

Les baux administratifs

Depuis plusieurs années, les policiers ont maille à partir avec les propriétaires de maisons. Si leurs frères d’arme, militaires et gendarmes n’ont aucun problème pour se loger, les policiers quant à eux, ne savent plus à quel saint se vouer. Les baux administratifs que l’Etat est censés reverser aux propriétaires des maisons, n’arrivent qu’au bout de plusieurs mois voir des années. Pendant ce temps, les propriétaires des maisons font fasse aux impôts mais aussi à la galère. Puisque ces maisons constituent pour beaucoup leur seule source de revenue. Dans ces conditions, nombreux sont les propriétaires qui ont décidé de vider tout simplement les policiers qui occupent leurs maisons. D’autres ont ainsi pris la décision de ne plus mettre sous bail leurs maisons. Ceci leur permet de les louer à des particuliers civils, qui leur reversent le loyer toutes les fins de mois. Partout à Abidjan, ces propriétaires n’entendent plus louer leurs maisons aux policiers. Etre policier de l’Etat de Côte d’Ivoire et ne pas pouvoir se loger ! Comment cela est-il possible ? Quant et comment l’Etat entent mettre de l’ordre au niveau des baux administratif ? En tout cas les policiers souhaitent que le pouvoir actuel s’y intéresse le plus rapidement possible pour que le policier ivoirien retrouve une meilleure image aux yeux des propriétaires des maisons. Outre les baux administratifs qui constituent aujourd’hui un réel problème de société, il y a les victimes des déchets toxiques qui attendent beaucoup du pouvoir actuel.

Les victimes des déchets toxiques

L’affaire des déchets toxiques coure depuis 2006. Des milliers de personnes ayant respiré les déchets déversés sur Abidjan et ses environs, se sont constituées en association en vue d’obtenir réparations des préjudices subis. Des procédures judiciaires au plan national et international ont été engagées. Au niveau de Londres, seules 17 associations de victimes sont reconnues et doivent être indemnisées par Trafigura. Avec le cabinet Leigh Day & Co, et relativement aux 22,5 milliards l’on parle de plus d’un peu plus 6 milliards appartenant 6 mille victimes, ayant disparu des comptes d’une banque de la place. Les victimes appartenant au Réseau national pour la défense des droits des victimes des déchets toxiques de Côte d’Ivoire (renadvidet-ci), multiplient depuis un moment les actions, en vue de voir les autorités s’impliquer dans le règlement de ce dossier. Surtout que certaines personnalités bien connues ont été nommément désignées comme faisant partie de ceux qui auraient détourner l’argent destiné aux victimes. Mais là aussi, le pouvoir actuel n’a pas encore montré des signes que ce dossier le préoccupe au plus haut niveau. Vendredi dernier, ces mêmes victimes ont tenté de rencontrer le chef de l’Etat au Palais de la présidence, ont été priées par les autorités policières et militaires de quitter les lieux. C’est dans l’enceinte du jardin du District d’Abidjan que ces victimes se sont retirées sous la direction de leur responsable Charles Koffi aux environs de 17h. Obtenir l’indemnisation à travers une grève de la faim, voilà ce qui leur reste comme dernier recours. Que dit le gouvernement de Guillaume Soro face à ce que l’on accuse à tort ou raison d’avoir détourné les fonds destinés aux victimes ? Pourquoi le gouvernement se tait face à la souffrance des victimes ? A quand la réaction du chef de l’Etat ? Ce sont des dossiers qui s’accumulent et auxquels il convient d’apporter au moins un début de résolution. Des milliards ont été engloutis dans des affaires qui nécessitent aujourd’hui des enquêtes sérieuses afin d’établir les responsabilités.

Les maisons de placement

C’est une autre affaire rocambolesque née sous la refondation, dont les victimes se comptent par milliers dans toutes les couches socioprofessionnelles. Ce sont des millions de franc Cfa qui ont été emportés par les promoteurs véreux de ces maisons. Ont dit même que certains d’entre eux auraient bénéficié de la protection de l’ancien régime. Vrai ou faux, seule une sérieuse enquête indépendante pourra rétablir les faits et rechercher ces promoteurs qui ont pris la poudre d’escampette depuis belle lurette. L’un des principaux combats du pouvoir actuel, c’est de lutter contre l’impunité. Le récent transfèrement de l’ancien président Laurent Gbagbo à la Haye, répond justement à cette volonté. Mais alors, il faut que ce genre d’actions s’étende aux promoteurs des maisons de placement et aux personnalités ayant détourné les fonds alloués aux victimes des déchets toxiques. La crédibilité du pouvoir d’Alassane Ouattara dépendra en partie de ce genre d’actions. Car, il n’est pas normal que des individus profitent de la faiblesse des autres, dans une situation de crise économique aigue comme celle qu’a connue le pays au moment de la crise politique sous Gbagbo. Les promoteurs des maisons de placement sont connus. Même si certains ont quitté le pays pour des raisons évidentes de sécurité, le monde n’est plus qu’un petit village. Mettre la main sur ces personnes n’est qu’une simple question de volonté politique. Autant les hommes politiques sont poursuivis pour leurs actions répréhensibles, autant les promoteurs des maisons de placement, les mauvais acheteurs du cacao et tous ceux qui ont détourné les fonds des victimes des déchets toxiques doivent l’être. C’est pourquoi, nous interpellons le pouvoir actuel à faire diligence dans ces différents dossiers. On ne peut pas laisser prospérer les indélicats dans un pays qui se relève petit à petit de plus dix ans d’impunité. Ce sont des milliers d’ivoiriens qui attendent Alassane Ouattara sur ces différents dossiers. Une longue période d’indifférence pourrait être mal interprétée et susciter des marches et autres sit-in, préjudiciables à la quiétude et à la paix. C’est maintenant qu’il faut agir.

Jean Philippe Okann

Le Democrate

Une vidéo de l'ACSCI pour votre réflexion du jour   


 
 
 

 

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos


Partager cet article

Repost 0
Published by Seth koko France - dans Abidjan News
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ACSCI France
  • ACSCI  France
  • : L’ACSCI (Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne) est une cellule de réflexion d’intellectuels ivoiriens qui s’unissent pour la défense des droits des populations."Vous souhaitez adhérer ou représenter notre cellule dans votre pays de résidence, n’hésitez pas à nous contacter."
  • Contact

Le Fondateur

  • Seth koko France
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur

Annonces

Cote-divoire-drapeaudrapeau franceBienvenue sur le site officiel de la représentation française de l'ACSCI

Vous souhaitez intégrer notre céllule de réflexion l'ACSCI (l'Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne), le groupe de France, contactez-nous à acscifrance@sethkoko-blog.com ou Tel: 0033 666155982

Recherche