Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 08:25

Située à 65Km d’Abengourou,  la sous-préfecture d’Ebilassokro est le théâtre d’affrontements sanglants entre des éléments des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci ndlr) et les populations d’Ebilassokro depuis 2 jours, (avant-hier et hier). Bilan 1 mort et 6 blessés, tous par balles.
Mercredi dernier, il est 19h lorsque le jeune Ehora Jacques qui venait de Manzankro ( un village d’Ebilassokro ) heurte avec sa moto un véhicule des Frci à un barrage à l’entrée d’Ebilassokro. Il se confond en excuses. Mais les hommes en armes ne décolèrent pas. Ils administrent à l’infortuné A. Ehora Jacques des paires de gifles qui le clouent pendant quelques minutes au sol. Il perd une dent. Ce dernier, responsable d’un groupe de salubrité, part ameuter ses camarades qui se déportent sur les lieux pour s’expliquer avec les éléments des Frci. Dans leur colère, les jeunes saccagent la clôture de la brigade de gendarmerie et ses portes. Ils s’y introduisent, en extraient des fauteuils et autres matériels et y mettent le feu. Certaines sources affirment que des armes abandonnées par les Frci, ont été récupérées par les villageois. Très vite, les éléments Frci tentent de sauver leur peau et par des tirs de sommation. Les balles font donc des dégâts. Un ressortissant de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) succombe de ses blessures. Six autres personnes sont atteintes dont le jeune Abadjinan Kouamé. Sur ces faits, les soldats replient à Appronpron, un autre village où sont basés certains de leurs éléments, pour chercher du renfort. Bien vite, le chef du village engage une première médiation qui s’était avérée positive. Les hommes en armes avaient donc révisé leur position. Hier (jeudi), la situation a encore dégénéré. Au moment où nous mettions sous presse, l’identité de toutes ces personnes blessées par balles, ne nous a pas été révélée. Mais la tension reste toujours vive dans la sous-préfecture d’Ebilassokro où civils et hommes en armes ne regardent plus dans la même direction. Un détachement de la compagnie de gendarmerie d’Abengourou est arrivé sur les lieux. En attendant les médiations continuent. Une délégation de nanan Boa Kouassi III, roi de l’Indénié, est attendue dans la région. A l’analyse de cet énième incident, il semble que depuis quelque temps, les villageois s’élevaient contre des Frci.
 Koffi Jean Luc à Abengourou

Nord-Sud

Une vidéo de l'ACSCI pour votre réflexion du jour 


 

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prohaines vidéos

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth koko France - dans Vu dans la presse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ACSCI France
  • ACSCI  France
  • : L’ACSCI (Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne) est une cellule de réflexion d’intellectuels ivoiriens qui s’unissent pour la défense des droits des populations."Vous souhaitez adhérer ou représenter notre cellule dans votre pays de résidence, n’hésitez pas à nous contacter."
  • Contact

Le Fondateur

  • Seth koko France
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur

Annonces

Cote-divoire-drapeaudrapeau franceBienvenue sur le site officiel de la représentation française de l'ACSCI

Vous souhaitez intégrer notre céllule de réflexion l'ACSCI (l'Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne), le groupe de France, contactez-nous à acscifrance@sethkoko-blog.com ou Tel: 0033 666155982

Recherche