Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 20:48

Certes, elle souffre parfois du sabotage de certains agents de santé ou de l’indiscipline de faux malades qui privent de soins les vrais. Mais le véritable mal de la gratuité des soins se trouve dans l’insuffisance des mesures d’accompagnement.
Le fossé continue de se creuser entre le vœu du chef de l’Etat et la réalité de la gratuité des soins instituée à la fin de la crise post-électorale. Chaque jour, on assiste à des difficultés d’application de la mesure ici et là : insuffisance des personnels de santé pour accueillir le nombre de plus en plus croissant de patients, manque de médicaments et d’équipements dans les hôpitaux publics. Le cri de détresse du directeur du Centre hospitalier régional (Chr) de Yamoussoukro, en est une autre preuve. A cela s’ajoute un problème qui n’est pas souvent évoqué, mais dont les conséquences sont énormes. Il s’agit de l’irrégularité de l’appui aux centres de santé communautaires. Fruits des efforts conjugués de l’Etat et des municipalités qui les accueillent, ces hôpitaux, malgré leurs missions sociales, ont un fonctionnement privé. D’ordinaire, l’essentiel de leurs ressources viennent de leurs recettes quotidiennes. Ce qui leur permet bon an mal an de couvrir leurs charges. Dans le cadre de la gratuité, selon les informations fournies par des responsables de centres de santé communautaires, et attestées par des sources officielles, l’Etat aurait demandé à ces hôpitaux de prendre en charge gratuitement les malades au même titre que les hôpitaux étatiques. En raison de leur multiplicité et leur proximité d’avec les populations, ces centres communautaires étaient, en effet, indispensables dans l’application de la politique de gratuité. Autrement, les malades auraient préféré payer les soins dans leur quartier que de débourser des frais de transport plus onéreux pour des soins gratuits dans les grands hôpitaux généralement éloignés des quartiers pauvres. Pour compenser les recettes auxquelles on leur a demandé de renoncer, les patrons des hôpitaux de proximité doivent régulièrement déposer leurs états auprès de la tutelle pour être payés. Dans la pratique, la procédure de décaissement forcément interministérielle, prend parfois du temps. Conséquence, les centres communautaires sont régulièrement à cours de ressources. Cette semaine encore, des agents du centre de santé communautaire d’Attécoubé nous approchaient pour se plaindre de leurs arriérés de salaires. Aussi bien dans cette commune qu’ailleurs, cela conduit à un dysfonctionnement de la gratuité : des personnels absents, une pénurie de matériels de soins, même les plus élémentaires comme des gants ou des compresses. Ne parlons pas de médicaments.
L’argent manque

Derrière les lourdeurs administratives, se cache sans doute une insuffisance des ressources disponibles. Rien que pour les deux premiers mois (mi-avril ,mi-juin), le coût de la politique a été évalué à plus de 4 milliards de Fcfa. Des milliards pleuvent sur le régime Ouattara, mais il se trouve aussi devant une montagne de dépenses. Après avoir renoncé à 34 milliards d’impôt, au titre de l’année 2011, le pouvoir doit à la fois reconstituer une administration détruite par la guerre, et rélancer l’économie. Sur 144,8 milliards de dette intérieure dont il a hérité, il a déjà payé 80 milliards et les fournisseurs sont appelés à la patience pour les 64,8 milliards restants. Une bonne partie de l’administration redéployée attend encore le minimum pour fonctionner. La tension de trésorerie est ressentie jusqu’au sommet de l’Etat. Le Premier ministre, Guillaume Soro, le disait récemment : « certains ministres n’ont même pas encore de véhicules de service.» La situation appelle donc au réalisme.
Cissé Sindou

Nord-Sud

Une vidéo de l'ACSCI pour votre réflexion du jour  

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth koko France - dans Santé mondial
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ACSCI France
  • ACSCI  France
  • : L’ACSCI (Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne) est une cellule de réflexion d’intellectuels ivoiriens qui s’unissent pour la défense des droits des populations."Vous souhaitez adhérer ou représenter notre cellule dans votre pays de résidence, n’hésitez pas à nous contacter."
  • Contact

Le Fondateur

  • Seth koko France
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur

Annonces

Cote-divoire-drapeaudrapeau franceBienvenue sur le site officiel de la représentation française de l'ACSCI

Vous souhaitez intégrer notre céllule de réflexion l'ACSCI (l'Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne), le groupe de France, contactez-nous à acscifrance@sethkoko-blog.com ou Tel: 0033 666155982

Recherche