Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 12:19

famDans notre parution du mercredi 9 mars 2011, nous faisions une brève présentation de quatre des sept femmes martyres tuées à Abobo. Nous rééditons cet article.

A l’évidence, l’on n’a pas la même réaction face à une victime qu’on connaît, personnellement ou juste à travers des informations la concernant, et une autre dont on ignore tout. Pour empêcher que prospère le manque d’humanisme qui s’est invité dans le débat sur l’assassinat de femmes à Abobo par des soldats pro-Gbagbo, nous avons rencontré, hier, quatre des sept familles endeuillées. Et, nous avons pu entrer en possession des photos de trois des victimes. Le massacre a bel et bien eu lieu.

Elles sont rentrées dans l’histoire de la Côte d’Ivoire dans la douleur et la violence. Coulibaly Fatoumata, 34 ans, Touré Adjara, 41 ans, Koné Mayamou, 23 ans, Sylla Malô ont été froidement et sauvagement assassinées à l’arme lourde, le jeudi 3 mars dernier, par les soldats de Laurent Gbagbo alors qu’elles participaient à une marche pacifique à Abobo.

Comme si cette barbarie ne suffisait pas, des organes proches de l’ex-chef d’Etat qualifient ce massacre de montage. Pourtant, dans les rues d’Abobo, tout semble être rythmé par cette horreur. Nous l’avons constaté, hier.

Koné Mayamou, 23 ans

La mère de Koné Mayamou est encore sous le choc. Au sous-quartier Samaké où nous l’avons rencontrée, elle continue de recevoir des salutations de condoléances. Le jour de la marche, relate-t-elle, sa fille lui a demandé la permission d’y aller. Chose qu’elle accepta. Loin d’imaginer que ce serait son dernier jour sur terre. A l’instar de ses camarades du quartier, Mayamou s’est rendue à la manifestation. La suite de ce qui s’est passé, elle la tient des amies de sa fille. Le monde entier également, pour l’avoir lu ou vu dans la presse. Contrairement aux autres victimes, Mayamou a rendu l’âme à l’hôpital général d’Abobo. La mère de la défunte parle sans pleurer. Par « dignité ». Pourtant la mère éplorée n’a pas besoin de parler pour qu’on devine la douleur qui la tenaille. Perdre sa fille de 23 ans, son seul soutien pour subvenir aux besoins de ses autres quatre enfants, est douloureux à supporter. En effet, selon sa mère, Mayamou lui venait en aide pour la prise en charge de ses enfants grâce à son commerce de noix de coco. « Elle partait vendre à Angré à pied », confie-t-elle. Regardez la photo. Peut-être l’avez-vous une fois rencontrée. Alors, vous comprendrez que ce n’est pas un animal qui a été tué. Non, ce n’est pas un montage !

Coulibaly Fatoumata, 34 ans

Depuis cette journée folle, S.A. est veuf. Coulibaly Fatoumata, son épouse depuis 1997 a été tuée par des soldats de Gbagbo. A Agbékoi où il réside, l’ambiance est loin d’être funèbre.

Cette épreuve est vécue avec honneur et dignité. Des confrères de la presse internationale arrivent au même moment que nous. Signe que l’affaire intéresse plus d’une personne. « Avez-vous touché à ses affaires ? », intérroge un confrère. « Non, tout est comme elle les avait laissées. Seulement, on a bu les jus qu’elle avait mis au réfrigérateur », lui répond-on.

Des rires légers fusent. Puis… Qui était ‘’Mam’’ ? Son mari argue qu’elle faisait le commerce entre la Côte d’Ivoire et le Togo. « On prévoyait qu’elle partirait à Dubaï dès la fin de la crise », révèle-t-il. La défunte n’a pas eu d’enfant. Mais, elle était, selon le veuf, une mère attentionnée pour les enfants que lui-même avait eus avant de la marier. Le jour de la marche, rapporte un voisin, elle est celle qui a le plus motivé les femmes à sortir. « Elle leur disait de ne pas avoir peur. Et, qu’on peut croiser la mort partout. Elle leur disait aussi qu’autant mourir pour une bonne cause », confie un de ses anciens beaux. Voyait-elle la chose venir ?

Touré Adjara, 41 ans

Toujours à Agbékoi, se trouve la famille de Touré Adjara. Celle-ci laisse derrière elle trois orphelins : une fille qui s’appelle Mariam et deux garçons qui sont Solo et Arouna. « Lorsque les femmes sont revenues de la marche, Arouna a pleuré toute la journée parce qu’il ne voyait pas sa mère. Personne ne savait comment le lui dire », raconte l’oncle de la défunte.

Venus sans prévenir, nous n’avons pas pu avoir une photo d’Adjara. Son frère qui aurait pu nous en donner une, selon l’oncle, était absent. La mère de la victime n’en revient pas lorsqu’on qualifie de montage la mort de sa fille. « Ils disent que c’est faux ? Dieu les paiera pour cette méchanceté. Il les dévoilera. Comment peut-on ôter la vie aussi cruellement à des gens ? », interroge-t-elle.

Sylla Malô

Autre victime à Agbékoi, Doumbia Mama. Elle laisse derrière elle une fille d’environ deux ans.

Il n’a pas été possible d’échanger avec des membres de la famille. Cependant, une voisine nous a donné une photo de la défunte. (NB : cette difficulté ne nous a pas permis d’avoir le nom réel de la victime qui nous avait été présentée comme s’appelant Doumbia Mame, ndlr).

Les corps des victimes sont à la morgue. La peine des parents est grande. Rien ne pourra remplacer ces morts. Rien du tout ! Mais une chose peut consoler leurs proches. Que les coupables paient après que le combat pour lequel elles ont été tuées a abouti.

Source: Nord-Sud

Une vidéo de Seth Koko pour votre réflexion du jour  


 

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth koko France - dans Droits de l'homme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ACSCI France
  • ACSCI  France
  • : L’ACSCI (Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne) est une cellule de réflexion d’intellectuels ivoiriens qui s’unissent pour la défense des droits des populations."Vous souhaitez adhérer ou représenter notre cellule dans votre pays de résidence, n’hésitez pas à nous contacter."
  • Contact

Le Fondateur

  • Seth koko France
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur

Annonces

Cote-divoire-drapeaudrapeau franceBienvenue sur le site officiel de la représentation française de l'ACSCI

Vous souhaitez intégrer notre céllule de réflexion l'ACSCI (l'Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne), le groupe de France, contactez-nous à acscifrance@sethkoko-blog.com ou Tel: 0033 666155982

Recherche