Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 13:24

12H50 - Fille de. En 1999, cinq ans après la vente du casino d'Annemasse, 7,5 millions de francs étaient versés pour l'association de financement de la campagne de Charles Pasqua aux Européennes par Marthe Mondoloni. Candidate en 55e position sur la liste de l'ancien ministre, domicilée au Gabon, mère de famille, interdite bancaire pour dix ans et....fille de Michel Tomi.pasqua-2.jpg

12H38 - Argent et amitié. Pasqua poursuit "Soit je suis un homme qui est intéressé par l'argent et je ne prends pas de précaution, soit je suis quelqu'un qui accomplit les choses selon ses principes parmi lesquels l'argent ne figure pas". "Et l'amitié ?", lui demande le président. "L'amitié n'a rien à voir avec l'argent", répond le vieux lion.

12H25 - Si j'avais su. Pasqua intervient à la fin de la matinée: "Il est évident que si Tomi avait été associé à ce projet, je ne l'aurais pas accepté"

12H20 - Fantômes. Robert Feliciaggi mourrait assassiné sur un parking de l'aéroport d'Ajaccio en 2006. Michel Tomi, autre témoin clé, ne viendra pas non plus témoigner cet après-midi. Trop souffrant pour se déplacer.

12H15 - Créneau. Prévu pour durer une demi-heure, le témoignage de Claude Guéant aura finalement été bouclé en un quart d'heure.

12H13 - Fichiers expurgés. Le président demande: "Monsieur Guéant, vous avez été par la suite, directeur de la police nationale, est-ce normal que les dossiers de Michel Tomi aient été expurgés des fichiers de la direction des Renseignements généraux ?" Réponse de Guéant: "Il n'est pas normal que des pièces disparaissent. A ma connaissance, Tomi n'était pas intéressé dans ce dossier, au moins administrativement".

12H10 - 50/50. Lors d'une perquisition au domicile de Tomi, la police retrouvait des feuillets où l'intéressé indiquait quelles personnes et dans quelles proportions a été réparti le prix de vente du casino pour environ 100 millions de francs: 50 millions pour Feliciaggi, 50 pour Tomi.

12H05 - Comptes liés. Lors de l'instruction, Michel Tomi nie toute intervention dans la création du casino d'Annemasse. Feliciaggi, lui, déclare qu'il n'en a pas directement tiré profit mais qu'il y avait en permanence des liens entre les comptes des deux associés.

12H00 - Les deux compères Tomi et Feliciaggi. La création du casino d'Annemasse a été projetée vers 1988 par Michel Tomi et réalisée par Robert Feliciaggi, deux proches de Charles Pasqua. Entre temps, Michel Tomi était condamné pour abus de biens sociaux en qualité de gérant du casino de Bandol. Il lui était donc interdit d'exercer ses activités dans des entreprises de jeux en France.

11H40 - Question de suivi. Le président hasarde quelques questions: "Vous avez ajouté à la main "Merci de me tenir au courant, pourquoi?" "Cela n'a aucune signification particulière, tous ceux qui ont été fonctionnaires savent qu'il est nécessaire de rappeler que l'information doit revenir" se défend Claude Guéant.

11H37 - Botter en touche. "Y a-t-il eu une attention particulière du ministre sur ce dossier ?", questionne le président de la Cour. "Sur ce dossier, j'ai reçu des instructions du ministre comme il le faisait pour d'autres" répond Claude Guéant.

11H33 - Discipliné. Claude Guéant se présente comme un fonctionnaire discipliné: "J'ai, sur instruction, en octobre 1993, demandé au directeur des libertés publiques de se préoccuper d'une instruction rapide de ce dossier"

11H25 - GUEANT A LA BARRE. Parmi les notes évoquées, une intéresse particulièrement l'accusation, celle de Claude Guéant, alors directeur adjoint du cabinet du ministre Pasqua priant Jean-Marc Sauvé de "bien vouloir accélérer la constitution et l'examen du projet de création d'un casino à Annemasse", avec, ajouté à la main: "Merci de me tenir au courant". Claude Guéant est appelé à la barre.

11H05 - Notes. Entre 1993 et 1994, un certain nombre de notes transitent entre le cabinet du ministre, la commission supérieure des jeux et le bureau de Jean-Marc Sauvé au sujet de cet agrément.

10H57- Obstination. Entre 1991 et 1994, quatre demandes d'exploitation ont été déposées pour le casino d'Annemasse et 3 rejets de la commission des jeux ont été donnés en raison de la personnalité des actionnaires et de question d'opportunité. Il y avait déjà 3 casinos dans la région.

10H50 -Hiérarchie. Jean-Marc Sauvé enfonce le clou: "Je n'ai jamais pris de décision en matière de casino sans en référer directement au cabinet du ministre, je ne peux l'imaginer", ajoute-t-il sans toutefois nommer explicitement Charles Pasqua.

10H45 - Enjeu. "Toutes les affaires de jeux étaient suivies avec une extrême vigilance et attention par tous les ministres que j'ai connus", raconte Jean-Marc Sauvé. Des propos qui contredisent ceux de Charles Pasqua qui disait lundi qu'un ministre de l'Intérieur "n'a pas beaucoup de temps à consacrer à l'examen des détails. Ce n'est pas son rôle. Il a des collaborateurs pour ça".

10H45 - Réserve. Parmi les plus réticents sur la délivrance de cet agrément, Jean-Marc Sauvé, alors directeur des libertés publiques et des affaires juridiques du ministère de l'Intérieur. Ce matin, le vice-président du Conseil d'Etat est le premier à témoigner.

10H42 - Hasard ? L'autorisation d'exploitation du casino avait été accordée par le ministre Pasqua à l'une de ses connaissances corses Robert Feliciaggi, assassiné en 2006, lequel s'était associé à Michel Tomi, autre ami de M. Pasqua.

Cette autorisation avait été délivrée contre plusieurs avis défavorables de la Commission supérieure des jeux.

10H40 - Le procès de l'ancien ministre de l'Intérieur Charles Pasqua pour trois affaires de corruption présumée se poursuit ce mardi avec le dossier du casino d'Annemasse. Les deux temps forts de la journée seront les auditions à 11 heures de son ancien directeur adjoint de cabinet, Claude Guéant, désormais secrétaire général de l'Elysée et en fin d'après-midi de Philippe de Villiers, avec qui il avait fondé le Rassemblement pour la France (RPF).

Charles Pasqua est soupçonné d'avoir accordé, en 1994, l'autorisation d'exploitation du casino d'Annemasse (Haute-Savoie) en échange de la promesse d'un futur financement électoral.

Lors de la première journée, lundi, l'ex-ministre s'est montré combatif affirmant d'entrée "Je suis innocent des faits qui me sont reprochés et j'espère que les débats le feront ressortir" , affirmant également être "traîné dans la boue" depuis dix ans.

Charles Pasqua a insisté sur la charge de travail d'un ministre de l'Intérieur dont les "journées sont lourdes et qui n'a pas beaucoup de temps à consacrer à l'examen des détails. Ce n'est pas son rôle. Il a des collaborateurs pour ça".

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth koko France - dans Vu dans la presse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ACSCI France
  • ACSCI  France
  • : L’ACSCI (Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne) est une cellule de réflexion d’intellectuels ivoiriens qui s’unissent pour la défense des droits des populations."Vous souhaitez adhérer ou représenter notre cellule dans votre pays de résidence, n’hésitez pas à nous contacter."
  • Contact

Le Fondateur

  • Seth koko France
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur

Annonces

Cote-divoire-drapeaudrapeau franceBienvenue sur le site officiel de la représentation française de l'ACSCI

Vous souhaitez intégrer notre céllule de réflexion l'ACSCI (l'Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne), le groupe de France, contactez-nous à acscifrance@sethkoko-blog.com ou Tel: 0033 666155982

Recherche