Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 16:30

rak.jpgRoute impraticable, racket à ciel ouvert!

Comme hier, se déplacer d’une localité à une autre, reste un vrai parcours de combattant pour les usagers de nombreuses routes ivoiriennes. Le constant est patent sur l’axe Oumé-Toumodi où les cars de transport sont systématiquement rançonnés à chaque « barrage ». Les passagers sans papier sont également épinglés. Dans le pire des cas, une cotisation “volontaire” est demandée par les hommes en armes et en treillis.

Oumé-Toumodi : 69 kms de long. Une distance insignifiante à vrai dire, mais qui, malheureusement, trouble le sommeil des transporteurs et des passagers. En effet, rallier ces deux localités voisines constitue un calvaire du fait de l’état de dégration très avancée de la route et des tracasseries orchestrées par des éléments en tenues et en armes. Nous en avons fait le triste constat, samedi dernier, de retour d’un bref séjour à Diégonéfla. La souffrance commence très rapidement, à la sortie d’Oumé. Ici, alors que le macadam contraste un tant soit peu avec le paysage désolé d’une ville en pleine déliquescence, les « rois » de la route se mettent déjà en évidence. Sans scrupule.

Assis sous un hangar de fortune, deux agents en faction, à un curieux barrage, font signe à notre car de s’arrêter. Le conducteur s’exécute. Il saute de son siège et se dirige vers les deux éléments en question. Une fois, en face d’eux, il sort un billet de 5000FCFA pour payer « son droit de passage », au vu et au su de tous. Renseignement pris auprès de l’apprenti, le montant de cette imposition s’élève à 2000FCFA. « Ici, c’est comme ça. 2000FCFA ou rien », poursuit notre interlocuteur. « C’est difficile, ce que nous vivons sur la route », dira plus tard le chauffeur. Epargnés à ce « corridor », les passagers ne le seront pas au prochain barrage situé à Kimoukro. Le conducteur est à nouveau rançonné ; 4 jeunes demoiselles épinglées, faute de pièce d’indentification, sont obligées de débourser chacune la somme de 500FCFA. Après ce coup, elles font grise mine au même titre que le conducteur, qui a dû lutter contre mille et un nids de poules pour atteindre ce village. Les autres passagers tout aussi éreintés par les manœuvres terribles du véhicule n’apprécient guère ce spectacle. Ça murmure, mais personne n’ose lever le petit doigt pour protester. Toujours est-il que ces barrages anarchiques en rajoutent au supplice provoqué par l’état calamiteux du tronçon. Une dégradation avancée, voire achevée, qui fait traîner en longueur un trajet autrement amusant. Il faut désormais plus de 2heures pour parcourir les 69 kms séparant Oumé et Toumodi, là où il aurait fallu seulement 1h en transport en commun. Embarqués à Oumé à 7h45 mn, c’est à 9h48 que nous avons atteint Toumodi. « Si la route était bonne, nous serions déjà arrivés », se plaignait mon voisin de ce jour. Nous venions alors d’effectuer une autre halte pour nécessité de contrôle et de racket. Cette fois-ci, il s’agit de motards (des gendarmes). Vite fait, bien fait : le conducteur débourse 1000FCFA. Il en sera de même au carrefour de Yamoussoukro, dans le village de Kplessou.

« Pas de cartes d’identité, faites parler vos cœurs »

En moins de 60 kms, la compagnie de transport a payé 5000FCFA de frais de route aux hommes en tenues. La note est salée. Mais, le calvaire n’est pas terminé. A l’entrée de Toumodi, se dresse un «corridor » plutôt singulier. Ici encore, le chauffeur passe à la trappe. Montant déboursé : 1000FCFA.

Et si les passagers sont épargnés de tout contrôle de pièce d’identification, ils sont invités, en
revanche, à faire parler leurs cœurs. « Aujourd’hui, nous n’insistons pas sur les cartes d’identité.

Faites quelque chose, on va boire de l’eau », demande un jeune « corps habillé », la vingtaine à peine. « 200, 250 c’est bon. Même 100FCFA, ça roule », poursuit-il en encaissant son butin. Au finish, la paume pleine d’espèces sonnantes, il descend, le sourire aux lèvres. En nous souhaitant, au passage, le traditionnel « bon voyage ». Son vœu est certainement exaucé. Car, passé Toumodi, la suite de notre périple sur Abidjan se passe telle sur une bonace. En dehors des corridors d’Elibou et de Gesco où nous avons perdu quelques minutes pour les vrais contrôles d’usage, rien à signaler.

Normal, puisque, deux jours auparavant, les Généraux Soumaïla Bakayoko et Kassaraté Tiapé avaient mené une offensive sur l’Autoroute du Nord à l’effet de déguerpir les barrages anarchiques.

MARTIAL GALE

(de retour de Diégonefla)

Source:Le Mandat

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth koko France - dans Vu dans la presse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ACSCI France
  • ACSCI  France
  • : L’ACSCI (Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne) est une cellule de réflexion d’intellectuels ivoiriens qui s’unissent pour la défense des droits des populations."Vous souhaitez adhérer ou représenter notre cellule dans votre pays de résidence, n’hésitez pas à nous contacter."
  • Contact

Le Fondateur

  • Seth koko France
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur

Annonces

Cote-divoire-drapeaudrapeau franceBienvenue sur le site officiel de la représentation française de l'ACSCI

Vous souhaitez intégrer notre céllule de réflexion l'ACSCI (l'Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne), le groupe de France, contactez-nous à acscifrance@sethkoko-blog.com ou Tel: 0033 666155982

Recherche