Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 21:17

383e5232-8742-11df-a0ec-0a6c5ba3ac2d.jpgTrois des quatre hommes jugés pour avoir tiré sur des policiers lors des émeutes de novembre 2007 ont été reconnus coupables, le quatrième n'étant condamné que pour détention d'arme.

La cour d'assises du Val d'Oise n'a finalement pas suivi les réquisitions du parquet, optant pour des peines de 3 à 15 ans de prison à l'encontre des cinq hommes jugés pour leur participation aux tirs sur des policiers lors des émeutes de Villiers-le-Bel en novembre 2007. Le ministère public avait réclamé des emprisonnements allant de 7 à 20 ans.

Après plusieurs heures de délibération, le jury a rendu son verdict dans la nuit de samedi à dimanche. Accusés d'avoir tiré sur des policiers, Abderhamane Kamara, 29 ans et son demi-frère Adama Kamara, 29 ans, présentés comme les « leaders » par l'un des avocats généraux, ont été condamnés respectivement à 15 et 12 ans de prison. Ibrahima Sow, 26 ans, a lui écopé de 9 ans. En revanche, le quatrième homme accusé d'avoir tiré sur des policiers, Mara Kanté, 23 ans, n'a été reconnu coupable que de détention d'arme. Il devra purger à ce titre trois ans de prison, au lieu des 15 requis par le parquet.

Un dernier homme, Samuel Lambalamba, était jugé pour complicité, ayant fourni un fusil de chasse aux tireurs. Condamné à 3 ans fermes, il voit sa peine confondue avec une condamnation antérieure d'un an pour caillassage durant les émeutes.

 

Un dossier «vide»

Visiblement troublés par ce verdict, les avocats de la défense, qui ont dix jours pour faire appel, ont dénoncé des peines «très lourdes». «C'est dur d'avoir une peine aussi sévère pour un dossier qui reste aussi vide», a déclaré Me Morad Falek, conseil d'Abderhamane Kamara, dit Abou. «C'est une décision de justice qui se respecte mais qui ne se comprend absolument pas».

«Quand les peines sont aussi lourdes que ça, on sent une immixtion de la politique dans la justice», a de son côté estimé Me Patrick Arapian, avocat de trois des accusés, Ibrahima Sow, Maka Kanté et Abderhamane Kamara. «Avec des peines extrêmement hautes, ils ont réussi à obtenir le procès de la banlieue», a-t-il ajouté, allusion aux propose de l'avocate générale Marie-Thérèse de Givry qui avait déclaré, en préambule à son réquisitoire : «Nous ne faisons pas le procès de la banlieue, ni des jeunes, ni de Villiers-le-Bel».

» La réaction de maître Dumont et maître Konitz, avocats des condamnés :


Des peines «symboliques»

Du côté des parties civiles, l'avocat de plusieurs policiers blessés, Me Bruno Bourrier, s'est félicité de cette «décision juste car les policiers ont été blessés dans leur chair». Henri Martini, secrétaire général adjoint d'Unité SGP Police, le syndicat majoritaire chez les gardiens de la paix et les gradés, classé à gauche, a estimé que «la justice (avait) su faire la part des choses entre les meneurs et les tireurs, et ceux qui étaient derrière». Pour Ludovic Collignon du syndicat Alliance, une formation plutôt à droite, ces peines «ont un sens symbolique : elles permettent de redonner confiance à nos collègues et de leur faire comprendre qu'on ne peut pas tenter de les tuer sans avoir à en répondre dans la justice». Quatre-vingt-dix policiers se sont portés partie civile dans ce procès, marqué par des désistements de témoins sous X et des changements dans le calendrier. Les forces de l'ordre avaient enregistré plusieurs dizaines de blessés lors des émeutes des 25 et 26 novembre 2007. Des habitants de Villiers-le-Bel et des environs s'étaient retournés contre les policiers avec une violence inédite, usant d'armes à feu et de jets de projectiles, après la mort de deux jeunes gens percutés par une voiture de police dans une cité, alors qu'ils circulaient en mini-moto.

 

SOURCE: LE MONDE

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth koko France - dans France info
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ACSCI France
  • ACSCI  France
  • : L’ACSCI (Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne) est une cellule de réflexion d’intellectuels ivoiriens qui s’unissent pour la défense des droits des populations."Vous souhaitez adhérer ou représenter notre cellule dans votre pays de résidence, n’hésitez pas à nous contacter."
  • Contact

Le Fondateur

  • Seth koko France
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur

Annonces

Cote-divoire-drapeaudrapeau franceBienvenue sur le site officiel de la représentation française de l'ACSCI

Vous souhaitez intégrer notre céllule de réflexion l'ACSCI (l'Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne), le groupe de France, contactez-nous à acscifrance@sethkoko-blog.com ou Tel: 0033 666155982

Recherche