Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 12:15

banny

L`information n`est pas encore officielle mais elle est confirmée par plusieurs sources bien traduites. Le Premier ministre, Charles Konan Banny aurait décidé d`inscrire la méga star du football ivoirien, Didier Drogba Tébily, dans le top 11 des commissaires centraux qui vont engager, à partir du 1er septembre prochain, la grande bataille de la réconciliation nationale. Le goléador du club londonien de Chelsea a été choisi pour représenter dans cette commission très sélecte les Ivoiriens de la diaspora. Une grosse prise qui témoigne, si besoin en était, qu`au-delà des réceptions officielles et des ballets de personnalités à son cabinet, le Premier ministre Charles Konan Banny consacrait du temps à la réflexion et au travail. C`est normalement aujourd`hui, mercredi 10 août que le chef de l`Etat, le président Alassane Ouattara, devrait signer un décret nommant les 10 membres qui siègeront avec M. Charles Konan Banny au sein de la commission centrale de la Cdvr, et qui ont pour mission d`orienter et d`impulser un rythme au processus de réconciliation nationale que la Côte d`Ivoire attend de tous ses vœux. Dans cette commission siègeront des personnalités de la société civile issues des différentes régions de la Côte d`Ivoire et de certaines communautés étrangères vivant dans notre pays. Avec le choix de Drogba, il faut dire que le président de la Cdvr a voulu miser sur des personnalités qui ont une certaine envergure, une aura nationale, des leaders, des hommes d`influence capables de rassembler les Ivoiriens par-delà leurs divergences ethniques, religieuses, politiques ou sociales, des hommes qui symbolisent en quelque sorte le consensus national. Et notre Didier Drogba national correspond totalement à ce profil. L`on se souvient qu`alors que notre pays cherchait ses marques dans son cheminement vers les élections de sortie de crise, le capitaine des Eléphants de Côte d`Ivoire et certains de ses coéquipiers ont joué le rôle d`ambassadeur de la paix. Par leurs performances en équipe nationale, à travers des spots publicitaires et d`autres initiatives, ils ont essayé de faire comprendre à leurs compatriotes la nécessité du pardon, de la tolérance, de la fraternité, de l`amour du prochain, en un mot, de la paix entre tous les Ivoiriens. En portant son choix sur Drogba, Charles Konan Banny cible en particulier notre jeunesse qui a payé un lourd tribut de cette crise. Pour tous les jeunes Ivoiriens, Drogba est un modèle de réussite et aussi d`humilité. Il saura trouver les mots qu`il faut pour parler à ses frères afin que tous se pardonnent et réapprennent à vivre ensemble.
Selon de bonnes sources, dans l`équipe des 11 membres de la commission centrale, Banny aurait coopté cinq (5) femmes. Non pas par souci d`établir la parité homme-femme au sein de cette instance, mais parce que les femmes ont manifesté beaucoup d`intérêt dans le cadre de la réconciliation nationale. De fait, Charles Konan Banny a toujours cru en la capacité des femmes à relever les grands défis. En témoigne la présence remarquée des femmes dans nos différents gouvernements.
Akwaba Saint Clair

Le Nouveau Réveil

Une vidéo de Seth Koko pour votre réflexion du jour  


 

 

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos

Repost 0
Published by Seth koko France - dans L'ACTION DE OUATTARA
commenter cet article
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 14:14

Serment PresidentIvoiriennes, Ivoiriens, mes chers compatriotes,

Demain dimanche 7 Août 2011, notre pays célébrera le cinquante et unième anniversaire de son Indépendance.

Le 7 août est un jour de souvenir. Un jour qui nous rappelle notre histoire. L’histoire de la Côte d’Ivoire libre et indépendante. La Côte d’Ivoire de nos pères fondateurs.

Malheureusement, au moment où nous commémorons le 7 aout de cette année, notre pays est endeuillé par un grave accident de la circulation qui a fait de nombreuses victimes. Je voudrais au nom de la Nation entière présenter mes condoléances les plus attristées aux familles des victimes et souhaiter un prompt rétablissement aux blessés.

En mémoire des victimes et par solidarité avec leurs familles, les festivités prévues pour la fête de l’Indépendance ont été annulées. J’invite donc chaque ivoirienne et chaque ivoirien au recueillement et à la prière, pour le repos de l’âme de nos disparus.

Chères sœurs, chers frères,

Le 7 aout de cette année a une résonance toute particulière, puisqu’en commémorant l’accession de notre pays à la souveraineté nationale, nous célébrons également le retour de la démocratie en Côte d’Ivoire, à l’issue d’une crise qui nous a tous rudement éprouvés, et dont le souvenir des victimes ne quittera jamais nos esprits, ni nos cœurs.

Le retour de la démocratie en Côte d’Ivoire, c’est la promesse d’une société souveraine, rassemblée dans la paix et dans le respect des Droits de l’homme.

C’est une conception de la Nation, conforme à nos valeurs et à nos idéaux, qui peut à présent s’incarner dans notre pays, « Terre d’espérance » et « Patrie de la vraie fraternité ». Le retour de la démocratie, c’est notre victoire.

Ivoiriennes, Ivoiriens, chères sœurs, chers frères,

Vous, la plus grande richesse de notre pays, vous dont la cohésion est la condition de notre reconstruction, vous êtes plus que jamais à l’honneur en ce 51ème anniversaire de l’indépendance de notre pays.

Je veux que cette journée soit aussi celle de la célébration de votre courage exceptionnel et de l’ardeur avec laquelle vous vous êtes lancés dans l’immense chantier de reconstruction que nous avons ouvert.

Je veux qu’en ce 7 août, tous les Ivoiriens se retrouvent autour des valeurs d’union, de discipline, de travail, de persévérance et de probité que nous avons reçues en héritage de nos pères. Nous devons nous approprier ces valeurs et les faire vivre en nous.
J’ai la ferme conviction que si chaque Ivoirien en fait son code de bonne conduite, nous éviterons de reproduire les graves erreurs de ces dernières années.

photo officielle ADOIvoiriennes, Ivoiriens,

La Côte d’Ivoire réconciliée et rassemblée doit se construire avec toutes ses filles et tous ses fils. Elle a besoin des idées, du talent et de l’énergie de chaque Ivoirien pour réussir. C’est pourquoi, nous œuvrons pour le retour de nos frères et sœurs à l’extérieur du pays.
Je salue la décision des officiers exilés au Ghana, de rentrer au pays, pour prendre une part active au processus de réconciliation ; j’encourage les refugiés demeurant au Liberia à rentrer.

Je demande à tous nos compatriotes à l’extérieur de revenir au pays, pour qu’ensemble nous construisions cette nouvelle espérance. Je lance à nouveau un appel à nos frères et sœurs, de tous bords politiques afin de nous retrouver pour bâtir ensemble une patrie de paix. J’ai connu l’exil pendant plusieurs années, je ne peux le souhaiter à aucun Ivoirien : c’est pourquoi je continue de tendre la main en particulier à nos frères et sœurs du FPI et de LMP. Leur place est avec nous. Le gouvernement ne ménagera aucun effort pour garantir le retour et la sécurité de tous.

Ivoiriennes, Ivoiriens, chères sœurs, chers frères,

Depuis la fin de la crise, la vie reprend progressivement son cours : les activités économiques redémarrent, la vie sociale s’anime à nouveau, la presse fonctionne dans toute sa diversité.

Depuis le 1er juin, j’ai formé un gouvernement conduit par le Premier Ministre Guillaume Kigbafori Soro. Le gouvernement est à la tâche. Il travaille à réduire vos souffrances, sous la conduite efficiente du Chef du Gouvernement.

La sécurité s’améliore de jour en jour. J’attends encore beaucoup du gouvernement sur ce sujet car la sécurité des Ivoiriens et des Ivoiriennes, ainsi que de tous ceux qui vivent sur notre sol est au cœur de mes préoccupations. Je tiens à ce que chaque habitant de notre cher pays puisse vaquer librement et en toute sérénité à ses occupations et jouir des fruits de son travail en toute quiétude.

Je tiens à ce que chacun d’entre vous puisse vivre en paix, car sans paix, sans sécurité, il ne peut y avoir ni réconciliation, ni développement solidaire.

Les Forces Républicaines de Côte d’Ivoire, la Gendarmerie et la Police Nationale, dont je viens de nommer les nouveaux chefs, veillent jour et nuit à votre sécurité. Je veux vous rassurer : n’ayez plus peur.

Pour sa part, le Gouvernement travaille à améliorer votre cadre de vie et votre environnement avec le Programme Présidentiel d’Urgence en cours, qui cible les secteurs de l’eau potable, de la santé, de l’éducation, de l’électricité et de la salubrité urbaine.
Les ordures et les dépôts sauvages se font de plus en plus rares et dans quelques mois, Abidjan retrouvera son lumineux visage de « Perle des lagunes » et toute la Côte d’Ivoire sera à nouveau belle !

Oui, le gouvernement est au travail. J’ai donné des instructions pour que les soins de santé des Ivoiriens les plus défavorisés soient gratuits. Des efforts énormes sont fournis pour que cela soit effectif à 100%, le plus tôt possible.

Nous travaillons à la réhabilitation et à la réouverture de nos universités, afin que nos enfants retrouvent un cadre d’étude et de vie propices à leurs études.

Les travaux d’assainissement ont commencé. Les déguerpissements dans certains quartiers causent certes des désagréments mais cela est nécessaire pour éviter les inondations et pour sauver des vies humaines.

De nombreuses rues et routes sont en chantier. Les travaux de construction du 3ème pont débuteront dès septembre 2011, en vue de rallier Marcory à la Riviera.

Très bientôt, c’est toute la Côte d’Ivoire qui sera en chantier. Chers jeunes, chères femmes, vous verrez, je tiendrai mes promesses : vous aurez des emplois et vous aurez aussi les financements promis pour vos projets.

Ivoiriennes, Ivoiriens,

Une telle volonté de ramener la paix et la prospérité chez nous attire à nouveau la confiance de nos partenaires.

L’image de la Côte d’Ivoire s’est nettement améliorée et notre pays est de retour sur la carte du monde. Nous en voulons pour preuve, la présence de nombreux chefs d’Etat à la cérémonie d’Investiture, la participation de la Côte d’Ivoire aux sommets du G8 à Deauville, à l’invitation du Président Nicolas Sarkozy, de l’Union Africaine à Malabo, de l’Union du Fleuve Mano à Monrovia et les récentes rencontres avec le Président américain Barack Obama à la Maison Blanche et le Président du Nigeria Goodluck Jonathan à Abuja.

Ivoiriennes, Ivoiriens,

Les investisseurs ont à nouveau le regard tourné vers la Côte d’Ivoire. Les partenaires au développement que sont la Banque Africaine de Développement, notre institution continentale, la Banque Mondiale, le FMI, l’Union Européenne ainsi que d’autres organisations et institutions sont de retour. Très bientôt, vous sentirez les retombées de ces contacts sur votre quotidien.

Alors accueillons-les dans une Côte d’Ivoire réconciliée, rassemblée, au travail et en paix. Regardons dans la même direction et parlons le même langage : celui de la paix et du développement.

Ivoiriennes, Ivoiriens, mes chers compatriotes,

A chaque Nation, son héritage, ses sacrifices et son engagement.

Notre héritage vient de la vision de Félix Houphouët Boigny et de ses compagnons de lutte. Il se fonde sur une indépendance chèrement acquise, que nous devons coûte que coûte préserver.

En nous appuyant sur l’héritage de nos pères fondateurs, faisons appel à l’amour, au pardon et à la vraie fraternité.

Œuvrons pour notre Nation et pour les générations présentes et à venir.
Ensemble, donnons un sens fort à ce 51ème anniversaire.
Qu’il soit le point de départ d’une Côte d’Ivoire nouvelle.
Une Côte d’ivoire réconciliée avec elle-même et avec les autres Nations.
Une Côte d’Ivoire rassemblée autour des valeurs républicaines.
Une Côte d’Ivoire dotée d’un Etat fort, moderne et impartial, avec des Institutions crédibles ; un Etat qui respectera l’indépendance de la justice, qui luttera contre l’impunité et fera la promotion du mérite et de la compétence.

Mes chers compatriotes,

Une nouvelle ère s’ouvre à nous. Une ère de croissance et de prospérité.

Chaque pas franchi est une victoire, chaque victoire est une pierre de plus dans la reconstruction de la Côte d’Ivoire.

C’est un défi collectif, c’est l’œuvre que nous devons bâtir ensemble, pour que la paix et la réconciliation apportent à notre pays son indépendance totale.

Bonne fête d’indépendance à tous et à toutes.

Que Dieu nous bénisse et bénisse notre pays, la Côte d’Ivoire.

Repost 0
Published by Seth koko France - dans L'ACTION DE OUATTARA
commenter cet article
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 21:44

 

cacaoTonnerre d'applaudissements. Visages radieux. C'est dans une allégresse totale, que Koné Issa a été porté officiellement, samedi en fin de matinée, à la tête de la Fédération ivoirienne des producteurs de café-cacao (FIPCC). C'était l'issue de l'Assemblée générale extraordinaire de cette organisation tenue les 22 et 23 juillet derniers l'espace CRRAE-UMOA. Seul candidat au terme d'un consensus général, M. Koné a été par acclamation, Président de la FIPCC pour les cinq prochaines années. Visiblement ému par cette marque de confiance de la part des producteurs de café-cacao, M. Koné a dit placé son mandat sous le signe de la lutte pour le bien-être des acteurs de la filière café-cacao. Déjà, son premier chantier sera l'assainissement du secteur. « Nous allons recenser les planteurs, les former afin d'améliorer la qualité de leurs produits », a-t-il annoncé. Aussi a-t-il exhorté les membres de la FIPCC, qui se chiffrent aujourd'hui à un peu plus de 100 000 personnes, à maintenir en lui leur confiance. Car, a promis M. Koné, « nous ferons tout pour qu'il profite pleinement du fruit de leur labeur ». Notons que le patron de la FIPCC bénéficiera des conseils avisés de l'expert en négoce, Siriki Sangaré, Président d'honneur de la fédération.
YS

Une vidéo de Seth Koko pour votre réflexion du jour

 

 

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos

Repost 0
Published by Seth koko France - dans L'ACTION DE OUATTARA
commenter cet article
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 00:01

ado serment 3Plus d’un mois après son investiture, le président Alassane Ouattara qui entend marquer la rupture avec les pratiques anti-démocratiques, n’a toujours pas déclaré ses biens, conformément à la Constitution.

Oubli, négligence ou contraintes des nouvelles charges ? Plus de deux mois après avoir définitivement pris le-dessus sur Laurent Gbagbo, le président de la République, Alassane Ouattara reste étrangement silencieux sur un sujet qui ne manque pourtant pas d’intérêt pour les Ivoiriens. Pis, l’acte qu’il met du temps à accomplir, est en totale contradiction avec la rupture qu’il veut imprimer à sa magistrature. Il s’agit de la déclaration du patrimoine du chef de l’exécutif. Elle est prescrite par la constitution ivoirienne, comme un devoir impératif. « Lors de son entrée en fonction et à la fin de celle-ci, le président de la République est tenu de produire une déclaration authentique de son patrimoine devant la Cour des Comptes », stipule-t-elle en son article 55. Plus précise, la loi fondamentale de l’Etat de Côte d’Ivoire impose au président de la République de ne rien acquérir ou louer qui relève du domaine public. « Durant l`exercice de ses fonctions, le président de la République ne peut, par lui-même, ni par personne interposée, rien acquérir ou louer qui appartienne au domaine de l`Etat et des Collectivités publiques, sauf autorisation préalable de la Cour des comptes dans les conditions fixées par la loi.

Le président de la République ne peut soumissionner aux marchés de l`Etat et des Collectivités publiques », peut-on lire au même article 55 de la constitution de juillet 2000. C’est donc un acte de bonne gouvernance qu’a l’ambition d’encadrer cet article de la constitution. Attaché à gouverner autrement, c’est-à-dire en rompant avec les mauvaises pratiques, Alassane Ouattara entache visiblement sa propre image. Car, cela fait deux mois que le président du Rassemblement des républicains (Rdr) a véritablement le gouvernail de la République. Or, depuis lors, il n’a cessé de multiplier les discours de bonne intention. Des discours qui attendent d’être matérialisés par des actes concrets.

Qu’est-ce qui coince pour que le président Alassane Ouattara se fasse désirer sur ce sujet par lequel il aurait pu envoyer un autre signal fort à ses concitoyens ? Veut-il appliquer la constitution selon une géométrie variable comme l’ancien tenant du pouvoir ?
« Rien ne coince ! Ce qu’il y a, c’est qu’il y a des priorités qui concentrent actuellement l’attention du président de la République. Il y a, par exemple, la question de la sécurité, du budget et des plans d’urgence à mettre en œuvre et qui paraissent plus cruciaux », réagit l’ancien ministre des droits de l’Homme, Joël N’Guessan,. Pour lui, c’est une fois ces problèmes existentiels aussi bien pour l’Etat que pour les populations auront été réglés qu’il s’attaquera à la question de la déclaration des biens. Exit donc les esprits chagrins puisque l’argumentaire du proche collaborateur d’Alassane Ouattara est renforcé par l’économiste et politologue, Maurice Fahé. « Il y a des priorités. On ne peut donc pas lui en tenir rigueur dans le contexte actuel. Le président de la République a d’autant plus d’excuses qu’il y a tellement de choses à mettre en œuvre pour redresser le pays », renchérit M. Fahé.

De la nécessité de respecter la constitution

Des excuses qui ne valent que pour le contexte particulier de sortie de crise dans lequel se trouve le pays. Puisque, dans le fond, nos deux interlocuteurs s’accordent à reconnaître le caractère primordial de la déclaration du patrimoine des dirigeants ivoiriens. Au-delà du respect de la constitution, la déclaration du patrimoine par son garant devrait donner un signal fort au principe de bonne gouvernance prôné par l’ancien directeur général adjoint du Fonds monétaire international (Fmi). « Il faut que les gens déclarent leurs biens. S’ils ne le font pas, comment pourront se faire les contrôles pour savoir qui s’est mis quoi dans les poches de manière illégale ? Soyez rassuré, ces questions constituent une préoccupation importante pour le président Ouattara et je puis vous assurer que tout le monde va se soumettre à cette obligation », soutient Joël N’Guessan. Mieux, l’ancien ministre des droits de l’Homme pense que la déclaration du patrimoine du nouveau chef de l’exécutif devrait se faire au plus tard, en début juillet. « Même quand il y a ‘’des budgets de souveraineté’’, ils ne suffisent pas toujours à acheter des immeubles ou des 4X4. Par le passé, on a pourtant vu des ministres qui se sont offert ces genres de patrimoine. Il faut donc, très rapidement, dès la fin du séminaire gouvernemental que les uns et les autres déclarent leurs biens », a ajouté M. N’Guessan.

Pour sa part, Maurice Fahé, tout en mettant le doigt sur la violation des prescriptions constitutionnelles qui sous-tend la non-déclaration de ses biens par Alassane Ouattara, s’interroge sur le sort global de la loi fondamentale. « On ne peut pas parler de démocratie sans respect de la loi. Or, la constitution ivoirienne est quotidiennement piétinée. Quelle est, aujourd’hui, la validité de la constitution qui n’est pratiquement plus respectée ? », se désole-t-il.

Fort heureusement, la première Dame, Dominique Ouattara, a déjà donné le ton en se déchargeant des affaires des entreprises qu’elle possède ou dont elle est actionnaire. Un acte salutaire.
Vous avez dit respect de la constitution ?
Marc Dossa

Nord-Sud

Une vidéo de Seth Koko pour votre réflexion du jour


 

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos

Repost 0
Published by Seth koko France - dans L'ACTION DE OUATTARA
commenter cet article
28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 22:48

ADO-DIASPORA.jpgLe Chef de l’Etat a fait un discours au Sommet du G8 à Deauville. Nous vous proposons l’intégralité de son propos.
Excellence Monsieur le Président de la République française,
Excellences Messieurs les Présidents
Mesdames et Messieurs les Chefs de Gouvernement,
Mesdames et Messieurs,

La grave crise qu`a connue la Côte d`Ivoire au lendemain du scrutin présidentiel s`est achevée par la victoire de la démocratie. Aujourd`hui, notre pays voit enfin renaître l`espoir.

Cette invitation du Président de la République française, Monsieur Nicolas Sarkozy, à participer à la session élargie du sommet du G8, prend donc un sens tout particulier, parce qu`il confirme le retour de la Côte d`Ivoire sur la scène internationale.
Je voudrais remercier, encore une fois, la communauté internationale pour sa contribution au rétablissement de la démocratie en Côte d`Ivoire. Vos efforts ont permis de sauver de nombreuses vies humaines.

Si la Côte d`Ivoire se réjouit aujourd`hui d`accéder à la démocratie, elle est à présent confrontée à de nombreux défis. Le défi majeur est la réconciliation et le rassemblement de toutes ses filles et tous ses fils, afin qu`ils vivent ensemble dans la paix.
C`est dans cette volonté de réconciliation nationale que nous avons créé la Commission « Dialogue, Vérité et Réconciliation », dont le rôle sera capital dans le processus de renaissance de notre Nation. Cette Commission permettra à tous les ivoiriens de faire le deuil des rancœurs, de panser les plaies, de pardonner et de se tourner résolument vers l`avenir.

Mais le pardon n`est pas l`impunité. La paix ne pourra s`instaurer durablement en Côte d`Ivoire que si une justice impartiale et indépendante, s`applique à tous, afin d`éviter que les victimes ne veuillent se faire justice elles-mêmes. C`est pour cela que j`ai confié à la Justice Internationale le soin de faire la lumière sur tous les crimes commis et toutes les exactions durant la période postélectorale et de juger les auteurs et les commanditaires, quels qu`ils soient.

Pour clore définitivement les pages sombres que nous venons de vivre, la sécurisation est également une tache essentielle. A cet égard, nous mettrons tout en œuvre pour garantir la sécurité des biens et des personnes et pour la construction d`une armée républicaine. Nous savons pouvoir compter sur votre soutien pour la formation et l`équipement de ces nouvelles forces de défense et de sécurité.

Comme chacun le sait, la longue crise qu`a connue la Côte d`Ivoire a considérablement fragilisé son tissu économique et social. C`est tout un pays qu`il faut reconstruire.
Nous déploierons les efforts nécessaires en vue d`accélérer le processus de normalisation et créer les conditions d`une croissance économique annuelle d`au moins 6%, pour réduire la pauvreté d`environ un tiers en cinq ans. Dans ce contexte, nous envisageons la mise en œuvre d`un programme de reconstruction autour des axes suivants :

1- La restauration des fondements de la République et la crédibilité de l`Etat, avec des institutions fortes et indépendantes, respectueuses des droits de l`homme ;

2- La réhabilitation des infrastructures économiques et sociales ;

3- La lutte contre la pauvreté et la corruption ;

4- La création d`emplois notamment pour les jeunes.

Le financement de ce programme nécessite des ressources évaluées entre 15 et 20 milliards d`euros (soit 20 à 25 milliards de dollars) au cours des cinq prochaines années. Ces ressources devront être mobilisées par l`annulation de la dette extérieure, par des ressources nouvelles provenant de la coopération bilatérale et multilatérale, par des partenaires privés, et bien entendu par l`augmentation de nos ressources intérieures.

Aussi, voudrais-je vous demander, compte tenu de la situation de crise que vit la Côte d`Ivoire depuis 1999, d`apporter un soutien massif au financement de ce programme.

Avant de terminer mon propos, je voudrais à nouveau remercier les Présidents et les Chefs de Gouvernement des pays membres du G8 pour toutes les initiatives prises en faveur de l`Afrique et des pays en développement.
J`ai l`ambition de faire de mon pays un véritable pôle de développement économique et social de la Sous-région.
Je m`engage à construire les bases d`une société équitable et prospère, respectueuse de la démocratie et des droits de l`homme.

Je vous remercie.

Une vidéo de Seth Koko pour votre réflexion du jour

 

 

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos

Repost 0
Published by Seth koko France - dans L'ACTION DE OUATTARA
commenter cet article
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 14:08

ado-palais-2.jpgLe Président de la République est attendu ce matin à Yamoussoukro. SEM Alassane Ouattara se rendra dans la capitale politique et administrative du pays pour constater que tout est fin prêt à 48 heures de la cérémonie. Le Président de la République ne souhaite pas de faux pas. C’est ainsi qu’il se rend lui-même sur le terrain. L’aéroport international de Yamoussoukro, l’Hôtel Président, l’Hôtel des députés, la Maison des hôtes, la résidence du chef de l’Etat, la Fondation Félix Houphouët-Boigny, accueilleront le Premier magistrat ivoirien qui regagnera Abidjan après avoir fait l’état des lieux et donné les dernières instructions pour que tout soit bouclé sur le terrain. Avant de se rendre dans la capitale politique aujourd’hui, pour sa première sortie à l’intérieur du pays, après son accession à la magistrature suprême, le Président de la République attendait hier soir un point complet de la situation de la part du président du comité d’organisation, le ministre Marcel Amon Tanoh, accompagné de 4 ministres membres du comité d’organisation. Au niveau de la commission presse, environ 500 demandes d’accréditations ont été traitées, dont 300 journalistes venant de l’extérieur. Les badges devraient être distribués et remis à partir d’aujourd’hui. Sur place, la capitale politique a commencé à accueillir ses premiers invités et certaines délégations, soucieuses de s’imprégner à temps de la température des lieux.
Ismaël Dembélé

Source: L'intelligent d'Abidjan

Une vidéo de Seth Koko pour votre réflexion du jour

 

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos

Repost 0
Published by Seth koko France - dans L'ACTION DE OUATTARA
commenter cet article
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 21:02

gbagbo-et-simone1-copie-1.jpgLe couple Gbagbo et plusieurs de leurs proches sont soupçonnés d'être passés par la Suisse pour détourner des fonds publics ivoiriens. Il s'agit notamment d'une villa située à Vandoeuvres, dont la vente en mai 2010 à un homme d'affaires libanais paraît bien supecte...

Le ministère publique helvétique a ouvert le 9 mai, une procédure pénale contre inconnu pour blanchiment d’argent à la suite d’une plainte déposée, le 18 mars, par l’avocat genevois, Bruno de Preux, et son confrère, Mario Stasi, du barreau parisien, au nom de la république de Côte d’Ivoire. Dix personnes sont particulièrement visées dont les époux Laurent et Simone Gbagbo et six entités morales dont le Port autonome d’Abidjan, anciennement dirigé par Marcel Gossio, un proche de l’ex-président ivoirien. Cette plainte vise à faire la lumière sur la manière dont le camp Gbagbo s’est enrichi depuis son accession au pouvoir en octobre 2000.

Les deux avocats soupçonnent notamment Laurent Gbagbo d’avoir donné l’ordre de vendre la propriété de Vandoeuvres, dans la banlieue huppée de Genève, appartenant à l’Etat ivoirien, pour détourner une partie des fonds publics. La villa a été cédée pour 15,3 millions d’euros en mai 2010 à la société La Capite 110 SA, présidé par le Libanais Wahbe Tamari, un homme d’affaires impliqué dans le négoce de café et l’immobilier.

Sur la piste des fonds suspects

« Nous avons pisté les fonds qui ont été déposés chez un notaire parisien, explique Me De Preux. Ce dernier nous explique que 7 millions auraient été dépensé dans la réfection d’immeubles appartenant à la Côte d’Ivoire en France. Il faudra vérifier la réalité de ces travaux. Il conserverait actuellement le reste ».

Une plainte au pénal pourrait être déposée prochainement en France. En Côte d’Ivoire, le nouveau procureur de la république, Simplice Koffi Kouadio, a ordonné le 3 mai aux établissements bancaires du pays d’empêcher les mouvements financiers sur les comptes de 148 personnes réputées proches des époux Gbagbo. Une enquête pour corruption et gestion déloyale a été ouverte contre ces personnes, la justice ivoirienne les soupçonnant d’avoir détourné illégalement de l’argent en Suisse.

Source : Jeune Afrique.

Une vidéo de Seth Koko pour votre réflexion du jour

 

 

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos

Repost 0
Published by Seth koko France - dans L'ACTION DE OUATTARA
commenter cet article
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 20:57

discourt-Ouattara.jpgJustice. Une des vertus clés, à laquelle tient énormément le président de la République, Alassane Ouattara. En effet, pas une seule occasion sans que le Chef de l’Etat n’affirme sa ferme volonté à mettre définitivement fin à l’impunité en Côte d’Ivoire. Un engagement sur lequel il a encore insisté avant-hier, jeudi 12 mai 2011, à l’occasion de la cérémonie d’hommage aux victimes de la récente crise postélectorale. «Je donne l’assurance à tous qu’aucun crime ne restera impuni», a-t-il souligné. Et joignant l’acte à la parole, le président Alassane Ouattara a, depuis quelques temps, instruit une commission nationale d’enquête, afin de poursuivre, juger et punir les auteurs des exactions et tueries commis durant ces cinq derniers mois. S’il est vrai que le Chef de l’Etat ne cesse de prôner la paix et la réconciliation, il n’en demeure pas moins qu’Alassane Ouattara reste fortement attaché à l’éclatement de la vérité, donc à la justice sur tout ce qui s’est passé durant cette crise postélectorale. Une volonté et un engagement qui marquent ainsi la rupture avec l’ancien régime de Laurent Gbagbo, qui s’était fait champion dans ce fléau de l’impunité.

Sous les dix années de Gbagbo, tueries, malversations, détournements de deniers publics, corruption,… étaient devenus monnaie courante. Déjà, dès les premiers jours de sa prise de pouvoir, en octobre 2000, le patron de l’ancien régime s’est très tôt laissé glisser dans l’impunité avec l’affaire du charnier de Yopougon. Un charnier de 57 corps criblés de balles.

Des victimes, majoritairement militants du RDR, actuel parti au pouvoir. A cette époque, des gendarmes de l’Escadron d’Abobo, proches du FPI et soupçonnés d’en être les auteurs, n’ont guère été inquiétés. Ils ont même été réhabilités plus tard par le pouvoir, et félicités pour « service rendu ». A partir de cette bourde, Laurent Gbagbo et ses sbires venaient de donner licence à toutes sortes de dérives en Côte d’Ivoire. Jusqu’au point où certains barons de l’ancien parti au pouvoir (FPI) avaient fini par «légaliser » ce système de désordre, où chacun est libre de faire ce qu’il veut, quand il veut, et où il veut, sans aucune crainte d’être poursuivi.

Aujourd’hui, l’heure est au changement et à la reconstruction de la Côte d’Ivoire. Et cette reconstruction passe nécessairement par la mise en place d’un système judiciaire fort et crédible. Seule condition pour que l’impunité soit effectivement bannie dans notre pays.

Source : Le Patriote

Une vidéo de Seth Koko pour votre réflexion du jour

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos

Repost 0
Published by Seth koko France - dans L'ACTION DE OUATTARA
commenter cet article
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 20:37

fologo.jpgLe chef de l’État ivoirien Alassane Ouattara a mis fin vendredi aux fonctions des présidents du Conseil économique et social, Laurent Dona Fologo, et de la Cour suprême, Tia Koné. Mais à celles des présidents du Grand chancelier de l'ordre et de deux membres de la Cour constitutionnelle, proches ou soutiens de l'ex-président Laurent Gbagbo.

M. Ouattara a mis fin aux fonctions de Laurent Dona Fologo à la tête du Conseil écononomique et social, le troisième personnage de l'Etat dans l'ordre protocolaire, selon un communiqué de la présidence publié vendredi soir.

En mars, en pleine crise post-électorale née de la présidentielle contestée de novembre 2010, M. Fologo avait notamment déclaré: "On ne négocie pas les résultats d'une élection, il n'y a rien à négocier (...) Quel type de compromis on peut trouver après des élections entre quelqu'un qui été élu (ndlr M. Gbagbo) et l'autre (ndlr M. Ouattara) qui n'a pas été élu?".

Marcel Zadi Kessy, nouveau président du CES

Il a été remplacé par Marcel Zadi Kessy, président du Conseil d'administration du groupe Compagnie ivoirienne d'électricité (CIE)-Société de distribution d'eau de la Côte d'Ivoire (Sodeci).
Le chef de l'Etat a également démis le président de la Cour suprême, Koné Tia, et le Grand chancelier de l'ordre national de la République de Côte d'Ivoire, le général Issouf Koné.

Peu après l'arrestation le 11 avril de Laurent Gbagbo, MM. Tia et Koné avaient fait ensemble allégeance à M. Ouattara. Le premier a été remplacé par le magistrat hors hiérarchie Mamadou Koné, et le second par Henriette Dagri-Diabaté, professeur d'histoire.

Création de la Commission Vérité et Réconciliation

Enfin deux membres du Conseil constitutionnel, MM. Jacques André Daligou Monoko et Félix Tano Kouakou, qui figurent sur la liste des proches de Laurent Gbagbo sanctionnés par l'Union européenne, ont aussi été démis de leurs fonctions.

Le président Ouattara, qui a prêté serment le 6 mai et sera investi le 21 mai à Yamoussoukro, a par ailleurs signé l'ordonnance créant la Commission dialogue, vérité et réconciliation, qui sera dirigée par l'ancien Premier ministre Charles Konan Banny.

Source : Jeune afrique.

Une vidéo de Seth Koko pour votre réflexion du jour


 

 

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos

Repost 0
Published by Seth koko France - dans L'ACTION DE OUATTARA
commenter cet article
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 13:09

ADOrecoit_CHOI.JPGLe calendrier du chef de l’Etat était encore très chargé hier. Enfin de matinée, le président Alassane Dramane Ouattara a reçu en audience le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en Côte d’Ivoire. L’entretien entre les deux hommes a duré près d’une heure de temps. A sa sortie, M. Young-Jin Choi a précisé être venu discuter avec le président de la République des problèmes qui subsistent encore après la crise postélectorale qu’a connue la Côte d’Ivoire. « Pendant quatre mois, j’étais venu pour discuter de la crise postélectorale. Maintenant, je suis venu pour discuter des problèmes d’après la crise postélectorale. Nous avons parlé de trois éléments à réaliser en moyen et long terme. Tout d’abord de l’investiture qui est d’une grande importance. Tout le monde viendra ici pour saluer le peuple ivoirien ainsi que le président Alassane Ouattara. Le deuxième élément dont le diplomate coréen dit avoir discuter avec le président de la République est la sécurité. Sur ce sujet, le patron de l’ONUCI a rassuré que l’ONUCI mettra toute en œuvre pour la restauration de la sécurité en Côte d’Ivoire qui comporte également le processus du DDR (Désarmement, Démobilisation et Réinsertion). Il a appelé, pour ce faire, à une réforme de la sécurité en Côte d’Ivoire. « On doit coopérer avec le gouvernement du président Ouattara pour cela », a-t-il précisé. Quant au troisième et dernier élément de l’entretien, le représentant spécial de l’ONU en Côte d’Ivoire a révélé qu’il s’agissait des élections législatives. Le patron de l’ONUCI a promis que l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire, une fois de plus, apportera la certification dont elle a le mandat et son assistance dans l’organisation de ces élections. Après le représentant spécial des Nations unies, le président Alassane Ouattara a rencontré l’ambassadeur de la République populaire de Chine en Côte d’Ivoire, Son Excellence M. Wei Wenhua. M. Wenhua a déclaré à sa sortie être venu exprimer au chef de l’Etat, son soulagement en ce qui concerne la fin de la crise postélectorale et sa satisfaction pour sa politique de réconciliation nationale et de reconstruction. Le représentant de la Chine en Côte d’Ivoire a également dit avoir exprimé son inquiétude sur la question de la sécurité. « Nous espérons que le gouvernement prendra des mesures efficaces pour rétablir l’ordre public et protéger les civils », a-t-il plaidé. Avant de conclure en ces termes : « En tant que pays ami de la Côte d’Ivoire, la Chine est toujours disposée à assister la Côte d’Ivoire pour la reconstruction du pays et le développement socio-économique ».

Jean-Claude Coulibaly

Source: Le Patriote


   

Une vidéo  de Seth Koko pour votre réflexion du jour

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos

Repost 0
Published by Seth koko France - dans L'ACTION DE OUATTARA
commenter cet article

Présentation

  • : ACSCI France
  • ACSCI  France
  • : L’ACSCI (Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne) est une cellule de réflexion d’intellectuels ivoiriens qui s’unissent pour la défense des droits des populations."Vous souhaitez adhérer ou représenter notre cellule dans votre pays de résidence, n’hésitez pas à nous contacter."
  • Contact

Le Fondateur

  • Seth koko France
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur

Annonces

Cote-divoire-drapeaudrapeau franceBienvenue sur le site officiel de la représentation française de l'ACSCI

Vous souhaitez intégrer notre céllule de réflexion l'ACSCI (l'Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne), le groupe de France, contactez-nous à acscifrance@sethkoko-blog.com ou Tel: 0033 666155982

Recherche