Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 01:38

ado-ping.jpgAlassane Ouattara, reconnu président ivoirien par la communauté internationale, a récusé le haut représentant nommé samedi par l`Union africaine à Abidjan, le Cap-Verdien José Brito, dénonçant ses "relations personnelles" avec le président sortant Laurent Gbagbo.

Dans un communiqué, la présidence Ouattara "regrette vivement de n`avoir ni été consultée, ni été approchée" et "exprime sa surprise" quant au choix de M. Brito, ancien ministre cap-verdien des Affaires étrangères, "compte tenu de ses relations personnelles et de ses accointances politiques, connues de tous en Côte d`Ivoire, avec le président sortant, M. Laurent Gbagbo".

"De plus, cette décision n`est pas conforme à la volonté exprimée de nommer un ancien chef d`Etat dans cette fonction", selon la même source.

"En conséquence, la présidence de la République de Côte d`Ivoire récuse M. José Brito en qualité de haut représentant de l`UA pour la Côte d`Ivoire", conclut le texte.

Ce haut représentant est chargé d`oeuvrer à la tenue de "négociations entre les parties ivoiriennes afin d`élaborer un schéma de mise en oeuvre des propositions" entérinées par l`UA le 10 mars à Addis Abeba, pour mettre fin à la crise meurtrière née du scrutin de novembre 2010.

L`Union africaine avait alors entériné les conclusions du panel de chefs d`Etat nommé sur ce dossier, qui reconnaissait Alassane Ouattara comme président légitime, et lui demandait de mettre en place un gouvernement d`ouverture et d`aider à trouver "une sortie honorable" pour son rival.

Source: AFP

Une vidéo de Seth Koko pour votre réflexion du jour

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos
Repost 0
Published by Seth koko France - dans president ouattara
commenter cet article
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 21:44

cpi.jpgLes avocats d`Alassane Ouattara, reconnu
président de Côte d`Ivoire par la communauté internationale, accusent le
sortant Laurent Gbagbo et ses services de sécurité de "crimes contre
l`humanité" dans un "mémorandum" adressé à la Cour pénale internationale (CPI).
Dans ce "Mémorandum sur la situation humanitaire et des droits de l`Homme
en Côte d`Ivoire", un document daté du 9 mars et dont l`AFP a reçu copie
jeudi, deux avocats français de M. Ouattara dressent une liste de crimes
commis dans le pays depuis la présidentielle de novembre 2010 et "relevant de
la compétence de la CPI", selon eux.
Maîtres Jean-Paul Benoit et Jean-Pierre Mignard accusent Laurent Gbagbo
d`avoir utilisé "les moyens de l`Etat" pour "commettre de multiples crimes" et
estiment que ces "infractions ne constituent pas des actes isolés (...) mais
résultent bien d`une tentative délibérée de cibler une population civile", ce
qui constitue, selon eux, un "crime contre l`humanité".
"Parmi ces atteintes aux droits de l`Homme, les meurtres, viols,
disparitions forcées de personnes, actes inhumains de toute nature et les
appels à persécuter un groupe national, ethnique ou politique sont les plus
fréquents", écrivent-ils au président et au procureur de la CPI.
Ils affirment que "les pires violences ont été commises à la suite
d`événements politiques", tels que la proclamation des résultats le 2 décembre
2010 ou lors de manifestations.
Se basant notamment sur des rapports de l`ONU et d`ONG internationales, le
mémorandum dresse une liste de meurtres et exactions commis par la garde
personnelle de Laurent Gbagbo, des militaires ou des membres de la puissante
fédération estudiantine qui lui sont dévoués.
Le mémorandum rapporte notamment la "mort de dizaines de manifestants non
armés" lors d`une marche de partisans de Ouattara à Abidjan le 16 décembre,
l`attaque de deux mosquées dans la capitale économique le lendemain, des
crimes à Abobo, un quartier d`Abidjan acquis aux pro-Ouattara, et le meurtre
de 8 femmes lors d`une marche pacifique le 3 mars dernier.
Selon le dernier bilan de l`ONU, les violences post-électorales en Côte
d`Ivoire ont fait plus de 410 morts depuis la mi-décembre. Des affrontements
très violents opposent les partisans des deux camps ces derniers jours,
faisant craindre un basculement du pays dans la guerre civile.
Le 5 mars, la CPI s`est dite prête à "agir vite" contre les auteurs de
crimes contre la population civile en Côte d`Ivoire, selon le bureau du
procureur qui a précisé qu`il collectait et analysait des informations.

Source: AFP

Une vidéo de Seth Koko pour votre réflexion du jour

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos
Repost 0
Published by Seth koko France - dans president ouattara
commenter cet article
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 20:34

ADO_FARCI--6-.JPGExcellence Monsieur le Président de la République chef suprême des armées, au nom des Forces Républicaines de Côte d’Ivoire que vous venez de créer, j’ai l’honneur de prendre la parole pour vous exprimer notre détermination et notre engagement à vous accompagner dans l’accomplissement des hautes responsabilités que le peuple de Côte d’Ivoire vous a souverainement confiées le 28 novembre 2010 par son vote massif en votre faveur à plus de 54% des voix.

Monsieur le Président de la République chef suprême des armées , la nouvelle Armée que vous venez de créer vous fait le serment de se mettre à la disposition du peuple dans toute sa diversité, le servir et le protéger en tout temps et en tout lieu même au péril de sa vie. La mission principale de toute armée est de garantir l’intégrité du territoire national et la vie des populations. L’armée étant une force de 3ème catégorie en matière de maintien de l’ordre, la nouvelle armée s’engage à n’intervenir qu’en appui de la gendarmerie et de la police. Elle s’appliquera à se mettre moralement, mentalement et intellectuellement à la hauteur des grandes armées comme celles des Etat-Unis, de la France et plus proche de nous celles de la Tunisie et de l’Egypte. Désormais nous cultiverons les grandes valeurs qui fondent les armées républicaines : ne jamais tirer sur les populations civiles et encore moins sur les femmes aux mains nues.

Excellence ordonnez nous obéirons, commandez nous exécuterons.

Source: La Présidence

Une vidéo de Seth Koko pour votre réflexion du jour

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos
Repost 0
Published by Seth koko France - dans president ouattara
commenter cet article
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 20:31

ADO_FARCI.JPGLe Président de la République, SEM Alassane Ouattara, a procédé ce jeudi 17 mars 2011, à la signature de l`ordonnance portant unification des Forces Armées Nationales et des Forces Armées des Forces nouvelles.

Message du Président de la République SEM Alassane Ouattara aux Forces Républicaines de Cote d’Ivoire (FRCI)

Officiers généraux,
Officiers supérieurs,
Officiers,
Sous officiers et militaires du rang,

Notre patrie la Côte d’Ivoire est à un tournant important de son Histoire.

Depuis dix ans, notre pays connait une longue crise qui a gravement éprouvé les ivoiriens.
La Cote d`Ivoire tangue entre la paix et l’affrontement.

Nous avons aujourd’hui à choisir entre les voies de la paix et celles de la guerre.
Nous avons à choisir entre l’avenir et le passé.
Nous avons à choisir entre la citoyenneté, facteur d’intégration et le tribalisme, facteur d’exclusion.

Le déroulement paisible des deux tours du scrutin présidentiel et le fort taux de participation ont montré la maturité des ivoiriens et leur volonté de paix.

Les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) et les Forces Armées des Forces Nouvelles (FAFN) ont montré leur capacité à respecter et à protéger le peuple en sécurisant paisiblement le déroulement du scrutin à travers le Centre de Commandement Intégré (CCI).

Le monde entier a été témoin, a contribué et soutenu ce choix de la paix à travers l’ONUCI. Le devoir des FDS aurait dû être de soutenir également cette paix en respectant et en faisant respecter le vote du peuple.

Malheureusement certains chefs militaires ont failli à leur devoir en se mettant au service d’un homme auquel le peuple a retiré sa confiance.

Ce comportement a terni l`image de maturité que les éléments du CCI et la grande majorité des FDS ont montré le jour du vote.
En effet, les lois et règlements qui régissent les Armées émanent du Peuple qui est le détenteur de la Souveraineté. Le peuple est donc sacré et son vote l’est aussi.
La Constitution qui est la loi suprême de notre arsenal juridique est l’émanation de la volonté du Peuple.
Les chefs militaires qui ne se conforment pas à la volonté populaire ont une grande responsabilité dans la crise postélectorale. Cette crise a entrainé une violence intolérable sur les populations civiles et semé la désolation dans les foyers.

Il est temps d’arrêter les exactions sur les populations. Nous sommes dans une République régie par des règles et des lois qui garantissent la protection des citoyens.

L’ordre et la paix doivent revenir dans notre pays. Soyez républicains. Dites non à l’illégalité.
Mettez vous au service de la patrie et de la paix.

Comme prévu dans l`Accord Politique de Ouaguadougou et pour mettre fin à tous les dérapages, je viens de prendre une ordonnance portant création des Forces Républicaines de Côte d ‘Ivoire (FRCI).

Cette nouvelle armée est composée des Forces Armées Nationales et des Forces Armées des Forces Nouvelles, sous un état major général, dirigé par un Chef d`Etat Major Général, secondé par un Chef d’Etat major général adjoint.

Elle a pour mission d`assurer principalement la sécurité des personnes et des biens, sans distinction, comme je l’ai indiqué dans mon adresse à la Nation du mardi 15 mars 2011. Elle doit également assurer la défense du territoire national.

Cette nouvelle Armée, dans toutes ses actions, devra suivre un nouveau code de conduite au service de tous les citoyens, ce qui lui permettra de contribuer efficacement à l’édification de la Nation ivoirienne démocratique, unie et moderne.

Elle devra également être un puissant instrument de cohésion nationale en servant d’école pratique de civisme, de tolérance, de transparence et d’initiation à la citoyenneté et à l’intégration nationale.

Elle sera un espace de compétence, de professionnalisme où la mission devra être prioritaire, où le service et le respect du citoyen devront primer sur l’intérêt privé.

Notre armée devra également être un outil au service du développement, au service du peuple, c`est-à-dire au service de la République.

Officiers généraux, officiers supérieurs, officiers, sous officiers et militaires du rang,

Investit de la plus haute charge de l’Etat mon devoir est de guider notre peuple et d’apporter des solutions à ses préoccupations.

En ce qui concerne nos Forces Armées nous connaissons ses problèmes internes ainsi que les attentes de nos populations en matière de défense.
Nous savons entre autres que les Forces Armées ont des problèmes de profil de carrière et de retraite.
Les populations ont des besoins de protection, d’intégration et de services.
Nous ferons face à toutes ces préoccupations.

Officiers généraux, officiers supérieurs, officiers, sous officiers et militaires du rang voici notre nouveau challenge: bâtir les Forces Républicaines de Côte d’Ivoire.

En ma qualité de Chef Suprême des Armées, je vous ordonne de commencer dès à présent, chacun à son niveau, à vous mettre en marche pour l`accomplissement de cette noble mission.

Je vous engage à changer de mentalité et de comportement pour rassurer nos concitoyens, offrir la paix à tous pour le bien de notre pays.

Vive la Côte d’Ivoire.
Vive la République


DEROULE DE LA CEREMONIE DE MISE EN PLACE DES FORCES REPUBLICAINES DE COTE D’IVOIRE (FRCI) PAR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

- 11h30 : fin de la mise en place ;
- 12h00 : arrivée du Président de la République ;
- 12h05 : signature de l’ordonnance ;
- 12h10 : lecture de l’ordonnance ;
- 12h15 : remise de la copie conforme de l’ordonnance au Ministre de la Défense ;
- 12h20 : intervention du Porte-parole des Forces Républicaines de Côte d’Ivoire ;
- 12h25 : allocution du Président de la République ;
- 12h35 : salutation des Forces Républicaines de Côte d’Ivoire ;
- 12h45 : hymne national ;
- 12h55 : fin de la cérémonie.

Source: La Présidence

Une vidéo de Seth Koko pour votre réflexion du jour  

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos
Repost 0
Published by Seth koko France - dans president ouattara
commenter cet article
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 12:15

Alassane-Ouattara_RHDP.jpgCe n’est pas le temps des lamentations. Il faut se remettre au travail. Dans son dernier message à la Nation, le Président de la République a appelé ses compatriotes au sursaut national face aux défis qui se dressent devant le pays, au sortir de plus d’une décennie de crise politique. Bien plus, Alassane Ouattara a laissé entrevoir l’ossature de son programme de gouvernement à court et moyen terme. Un projet politique qui s’articule autour de la restauration de la paix par la prise de mesures d’apaisement.

Former un Gouvernement d’union

C’est l’instrument exécutif de la réconciliation et de la mise en œuvre de la feuille de route définie par le panel des Chefs d’Etat de l’Union Africaine. Si les Chefs d’Etat africains ont exclu le partage du pouvoir de leurs options de sortie de crise, il n’en demeure pas moins vrai que l’ouverture demeure un axe essentiel de leurs propositions. Le Chef de l’Etat élu sur la base d’un gouvernement connu de tous et d’un accord politique qui l’a amené à promettre des postes importants de l’Administration ou du Gouvernement à des alliés, avait annoncé lors de la campagne électorale que sa première décision serait de mettre en place un Gouvernement ouvert à toutes les sensibilités politiques, à la société civile et à d’autres compétences en dehors de sa formation d’origine, le RDR ou le RHDP. Mieux, Alassane Ouattara avait promis qu’il ferait appel à des compétences dans la formation politique de Laurent Gbagbo. C’est donc une porte déjà ouverte que le panel des Chefs d’Etat défonce. « Nous nous engageons à construire un gouvernement de rassemblement intégrant les compétences de l’ensemble des partis politiques et de la Société civile en se fondant sur les critères de mérite qui prennent en compte un équilibre judicieux de nos référents géographiques », avait écrit Alassane Ouattara dans ses « Solutions pour changer notre pays en 5 ans ».
Un gouvernement soudé autour d’un projet commun et d’une vision commune, le Vivre Ensemble et les projets ambitieux que le Chef de l’Etat a prévu. C’est-à-dire sur les 5 ans mobiliser en interne comme par les ressources extérieures et financements privés près de 12 000 milliards de francs CFA. Le programme chiffré de l’ancien candidat a séduit ses compatriotes qui lui ont accordé à plus de 54 % leurs suffrages. Les défis sont en effet très nombreux. Alassane Ouattara a promis une nouvelle organisation de système de santé, une reconstruction du système éducatif, du travail pour la Jeunesse, l’amélioration du cadre de vie des populations, la revalorisation du patrimoine culturel ivoirien, la modernisation de l’agriculture, la construction de nouvelles infrastructures au niveau du système de transport etc.

Refonder l’Armée

Pour le Président de la République, c’est une condition sine qua non pour remettre le pays sur le chemin du Vivre Ensemble. Restaurer la paix signifie dans un premier temps mettre fin aux hostilités en reconstruisant l’Etat. D’abord, le Président de la République l’a dit : la sécurité des biens et des personnes doit être le premier des soucis de la future armée à construire. Alassane Ouattara a annoncé pour très bientôt la fusion de deux armées qui ont cohabité depuis septembre 2002. D’un côté, les Forces de Défense et de Sécurité et de l’autre, les Forces Armées des Forces Nouvelles. Selon le Chef de l’Etat, il sera mis en place un Etat Major Intégré. Certainement sous le format du Centre du Commandement Intégré (CCI) mis en place par l’Accord politique de Ouagadougou. Les Généraux Mangou Philippe et Bakayoko Soumaïla ont œuvré ensemble à la restauration de la confiance entre les deux forces ex-belligérantes. Les Ivoiriens ont pu voir entre autre les missions communes réalisées par les FDS et les FAFN.

Réconcilier les Ivoiriens

Autre chantier important pour le Chef de l’Etat, la réconciliation nationale. Il ne s’agit pas là, d’actions de façade ou d’éclat à l’image de la foire organisée il ya 10 ans par l’ancien régime appelé Forum de réconciliation nationale. Alassane Ouattara qui cite souvent en exemple la réussite de la nation sud africaine déchirée en plusieurs races et par plusieurs décennies d’apartheid veut réussir à l’image de Nelson Mandela ou d’Ellen Johnson-Sirleaf au Libéria. Dans ces deux pays, ont été mis en place de véritables commissions de vérité pour restituer les faits tels qu’ils se sont produits et rendre justice aux victimes. Le modèle sud africain a permis à la nation de se pardonner et de vivre entre bourreaux et victimes dans la fraternité et le respect mutuel nécessaire à la cohésion nationale. Notre pays vit des heures difficiles ou l’impensable se produit quand des hommes assermentés, portant des armes se transforment en bourreaux contre des populations civiles pillant, détruisant, brûlant et tuant.

Parachever l’APO

Par ailleurs, le Chef de l’Etat a annoncé la mise en œuvre de certaines autres mesures. Sans entrer dans les détails, Alassane Ouattara a parlé de la poursuite des réformes prévues dans l’accord politique de Ouagadougou. Il s’agit notamment de la réunification du pays et de l’organisation des futures élections. En effet, les accords politiques prévoient que deux mois, après l’investiture du Président élu, celui-ci devrait se voir confier les armes déposées par les ex-forces belligérantes. Ceci devrait conduire à la restauration complète de l’autorité de l’Etat sur toute l’étendue du territoire national. Dans son programme, le Chef de l’Etat a promis l’organisation d’un Référendum pour les réformes institutionnelles. Ce scrutin devrait être suivi quelques mois plus tard certainement avant la fin de l’année par la tenue des élections législatives afin de donner une légitimité à l’Assemblée nationale dont la partition est attendue dans les réformes pour moderniser l’Etat et construire la démocratie.
On le voit, plus que jamais, la Côte d’Ivoire doit se mettre debout. Le plus dur, on le dit, n’est pas de tomber, mais savoir se relever quand on tombe. Le Commandant en chef est en ordre de bataille. Les troupes devraient pouvoir suivre.

Source: Le Patriote.

Une vidéo de Seth Koko pour votre réflexion du jour

 

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos.

Repost 0
Published by Seth koko France - dans president ouattara
commenter cet article
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 14:29

discours-ouattara.jpgIvoiriennes, Ivoiriens,
Mes cher (e) s compatriotes,
Cher (e)s ami(e)s de la Côte d’Ivoire,

Après la longue crise qui a gravement éprouvé les ivoiriens, notre pays connait à nouveau, depuis plus de trois mois, un regain de violence sans précédent.

Cette situation grave et intolérable est due à l’insistance du Président sortant, Monsieur Laurent GBAGBO, à vouloir se maintenir au pouvoir, en dépit du bon sens et du verdict des urnes.
A toutes les familles des victimes de cette barbarie, je veux renouveler, ce soir, mes condoléances les plus attristées, ainsi que tout mon soutien et la solidarité du Gouvernement.
Aux blessés, j’exprime ma profonde compassion et je souhaite un prompt rétablissement.

L’assassinat d’un seul ivoirien, l’arrestation et la détention arbitraire d’un seul de nos concitoyens, constitue un motif suffisant d’indignation et de révolte ; aucune conscience humaine ne peut accepter ces graves atteintes aux droits de l’homme et au droit à la vie.
De même, des actes irresponsables tels que le braquage de la Banque Centrale qui a conduit a la fermeture des banques, les coupures intempestives d’eau et d’électricité, font de la vie quotidienne des ivoiriens un véritable drame.

Au-delà d’une révolte légitime, ces crimes odieux et ces difficultés quotidiennes constituent un motif suffisant pour chacune et chacun de nous pour continuer le combat contre la violence et la recherche de la paix.

Il nous faut, en toute circonstance et plus particulièrement maintenant, opposer à l’usage aveugle de la violence, la force de la paix et de l’amour.
Pour la paix et par amour pour notre pays, il nous a fallu faire preuve de patience.

Cette patience n’a pas toujours été comprise de tous, mais elle était nécessaire.
Elle était nécessaire pour nous sortir durablement de cette crise; nécessaire pour une paix définitive.

 

Mes chers compatriotes,

C’est dans le cadre de cette recherche de sortie de crise pacifique, que le 5 mars dernier, le Président de la Commission de l`Union Africaine, Monsieur Jean Ping, m`a transmis l`invitation du Groupe de Haut Niveau, composé de cinq Chefs d’Etat, représentant les cinq régions du continent, pour participer à une réunion à Addis Abeba, en vue de présenter les conclusions de ses travaux sur la crise postélectorale en Côte d`Ivoire.

Conformément à son mandat, le Groupe de Haut niveau a proposé un plan global de sortie de crise au Conseil de Paix et de Sécurité de l`Union Africaine qui l`a entériné.
Ces propositions s’articulent autour de cinq points :

- La réaffirmation définitive de la victoire du candidat Alassane OUATTARA à l’élection présidentielle du 28 novembre 2010 ;

- La formation d’un gouvernement d’union et de réconciliation nationale;

- La poursuite des réformes prévues dans l’Accord Politique de Ouagadougou, notamment la réunification du pays et des forces armées et l’organisation des élections législatives ;

- L’impulsion de mesures d’apaisement et de confiance dans le cadre d’une politique de réconciliation nationale ;
- La mise en œuvre de mesures d’accompagnement, dont l’appui des Institutions africaines et de la Communauté Internationale pour le redressement et la reconstruction de la Côte d’Ivoire.

Cette solution politique d`ensemble constitue pour notre pays, une nouvelle et dernière opportunité de sortie de crise pacifique.
C’est pourquoi, j’accepte ces recommandations de l’Union Africaine, en vue d’abréger les souffrances du peuple ivoirien et de restaurer la paix et la réconciliation en Côte d’Ivoire.

Je voudrais donc en votre nom, remercier tous les Chefs d`Etat du Groupe de haut niveau et du Conseil de Paix et de Sécurité, pour leur engagement aux côtés de notre pays durant toute cette période. Je leur exprime ma gratitude pour leur détermination à nous accompagner dans le processus de reconstruction de notre cher pays.

Je remercie tout particulièrement mon ainé, le Président Henri Konan BEDIE, Président de la Conférence des Présidents du RHDP, pour son soutien continu et ses conseils avisés.

Je m`engage à œuvrer pour la réconciliation de toutes les filles et tous les fils de notre cher pays.

A cet égard, conformément à mes engagements antérieurs et aux décisions du Conseil de Paix et de Sécurité, je formerai un gouvernement d`union et de réconciliation nationale qui regroupera toutes les compétences issues des forces politiques de notre pays, y compris le FPI, et la société civile afin de procéder au redressement de notre pays.

Il est impérieux que nous réapprenions à vivre ensemble dans la paix.
Dans cet esprit, j`encouragerai la concertation avec les leaders politiques pour entretenir un climat de confiance et de paix afin d`achever les réformes institutionnelles nécessaires à la consolidation de la démocratie.

La réconciliation devra également s`accompagner du pardon, de la fraternité et du respect mutuel, nécessaires à la cohésion de la Nation.
Cependant, pour tenir compte de la mémoire des victimes et assurer leur indemnisation, une Commission Vérité et Réconciliation sera mise en place dans les meilleurs délais.
Cette cohésion nationale nous permettra de faire face aux défis auxquels notre pays est confronté dans tous les secteurs d’activités.

Mes chers Compatriotes,

Notre pays peut et doit repartir, pour autant que nous en ayons tous la volonté. C’est pourquoi, je demande à toutes les parties, au Président sortant, au Conseil Constitutionnel, à l’Armée et à l’Administration, d’accepter cette opportunité que nous donne l’Union Africaine pour sortir d’une crise qui n’a que trop duré.

Au Président Laurent Gbagbo, je voudrais dire qu’il est temps, dans l`intérêt supérieur de la Nation, qu’il accepte de se conformer à la volonté des ivoiriens et aux décisions de l’Union africaine, notre organisation continentale.

Je lui demande de saisir cette nouvelle initiative du panel de haut niveau de l’Union Africaine, après le vote des ivoiriens, après les appels de la société civile, des religieux, de la CEDEAO, de l’Union Européenne, des Etats-Unis, des Nations Unies et de tous nos partenaires au développement.

Il doit comprendre qu’il s’agit là, pour lui-même et pour ses proches de la dernière chance pour une sortie pacifique et honorable. Sa responsabilité est personnellement engagée.

Au Conseil Constitutionnel, je demande de respecter la volonté du peuple car aucune Institution n’est au dessus du peuple souverain.
Mesdames et Messieurs les membres du Conseil Constitutionnel, vous devez reconnaitre que vous avez commis une forfaiture en ne disant pas le droit.
Votre décision est un déni de justice. L’occasion vous est donnée de vous racheter et de participer à la réconciliation des ivoiriens que vous avez divisés.

Aux forces armées, je leur lance cet appel : Militaires, gendarmes, policiers, éléments des forces paramilitaires, que vous soyez officiers généraux, officiers supérieurs, officiers, sous officiers, militaires du rang: il n`est pas tard, mettez vous à la disposition de la patrie en appuyant la volonté du peuple.
Comme prévu dans l’Accord Politique de Ouagadougou, et en ma qualité de Chef Suprême des Armées, je procéderai à la fusion des Forces de Défense et de Sécurité et des Forces Armées des Forces Nouvelles sous un état major unifié, dirigé par un Chef d`Etat Major Général et d’un adjoint. Leur mission consistera à assurer la sécurité des personnes et des biens, sur toute l’étendue du territoire national.

Aux fonctionnaires et agents de l`Etat : je vous invite à être des agents de devoir, au service de la République.

Mes chers Compatriotes,
Chers frères, chères sœurs,

Le débat sur l`élection présidentielle est terminé. Il est temps à présent de bâtir ensemble notre pays ; et de réconcilier tous les ivoiriens.
Je m`y engage en tant que Président de la République.

Ivoiriennes, Ivoiriens, du Nord, du Sud, de l’Est, de l’Ouest, du Centre, frères et sœurs venus d’ailleurs et pour qui la Côte d’Ivoire est une terre d’hospitalité, je vous invite à taire vos ressentiments.

Ensemble, construisons la patrie de la vraie fraternité, celle qui va au-delà des liens de sang.

Mes chers Compatriotes,


En m’accordant massivement vos suffrages le 28 novembre 2010, vous avez fait de moi le Président de la République de Côte d’Ivoire ; mais au-delà, vous avez fait le choix pour une Côte d’Ivoire réunifiée et pacifique. Je veux incarner cette espérance.

Je ne suis donc pas le Président d’une partie des Ivoiriens contre une autre partie.
Je suis le Président de tous les Ivoiriens qui sont appelés à vivre ensemble dans une Côte d’Ivoire à nouveau fraternelle, et prospère.
Mon programme de gouvernement ne fait pas de différence entre les ivoiriens, entre les régions, entre les habitants de ce pays. Il prend en compte l’homme dans toute sa dimension.

Il nous faut bâtir une nation, construire un pays moderne et développé, en mettant les talents et les compétences de tous nos valeureux fils et filles, au service du développement de notre pays, au service du bien-être de l’ensemble de nos concitoyens.

C’est le sens de mon engagement politique. Un engagement qui tire sa source des valeurs de paix et d’humanisme prônées par le père de la Nation ivoirienne, le Président Félix Houphouët-Boigny, et que le président Bédié et moi-même nous sommes engagés à toujours respecter.

Mes chers compatriotes,

Votre volonté de changement qui s’est manifestée par cette alternance démocratique, ne sera pas déçue.
J’en fais à nouveau le serment. Faites-moi confiance.
J’en appelle donc à un sursaut ivoirien pour construire ensemble, dans la paix, l’amour et la fraternité, la Côte d’Ivoire nouvelle.

Vive la Côte d’Ivoire, unie et fraternelle.
Vive la République.

 


Source: Présidence de la République

Vidéo du discours à la nation du président de la république

 


 

 


 
 

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos.

Repost 0
Published by Seth koko France - dans president ouattara
commenter cet article

Présentation

  • : ACSCI France
  • ACSCI  France
  • : L’ACSCI (Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne) est une cellule de réflexion d’intellectuels ivoiriens qui s’unissent pour la défense des droits des populations."Vous souhaitez adhérer ou représenter notre cellule dans votre pays de résidence, n’hésitez pas à nous contacter."
  • Contact

Le Fondateur

  • Seth koko France
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur

Annonces

Cote-divoire-drapeaudrapeau franceBienvenue sur le site officiel de la représentation française de l'ACSCI

Vous souhaitez intégrer notre céllule de réflexion l'ACSCI (l'Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne), le groupe de France, contactez-nous à acscifrance@sethkoko-blog.com ou Tel: 0033 666155982

Recherche