Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 19:09

ABIELECTIONInitialement annoncées pour novembre 2012, les élections municipales et régionales ont finalement été décalées à février et mars 2013. Selon une source proche de la commission électorale indépendante (CEI), ce report aurait été motivé par la situation sécuritaire du pays. En effet, depuis le début du mois d’août, il ne se passe pas de semaine sans qu’on enregistre des attaques contre les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI). Cette situation oblige la haute hiérarchie militaire à mettre en place un système de sécurité qui ne favorise pas la libre circulation des personnes et des biens. Dans un tel environnement, il est pratiquement impossible de mener une campagne électorale. Le gouvernement veut donc garantir la sécurité des candidats et des électeurs avant de les convoquer aux urnes dans le cadre des municipales et des régionales. Il nous revient par ailleurs que le premier ministre, Me Jeannot Ahoussou Kouadio compte mettre à profit ce report pour obtenir la participation du Front populaire ivoirien(FPI) à ce scrutin. La participation du FPI aux municipales et régionales est également une préoccupation du président Alassane Ouattara qui souhaite vivement que tous les Ivoiriens, de quelques bords qu’ils soient s’inscrivent dans la dynamique de développement de la Côte d’Ivoire insufflée par le gouvernement Ahoussou. Ces élections locales qui sont d’une grande importance pour les populations ont fait récemment, l’objet d’une séance de mise à niveau du personnel technique et administratif de la CEI sur le déroulement du processus et les textes qui y ont trait. La séance co-animée par le commissaire de la CEI, Bayoro Dagrou Salomon et le directeur de la division de l’assistance électorale de l’Opération des nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), Issaka Souna a été l’occasion pour les participants de revisiter le code électorale en ses articles qui concernent les candidatures aux municipales et aux régionales. Notamment, les articles 109 et 110 qui stipulent que tout Ivoirien âgé de 25 ans révolus ayant la qualité d’électeur peut être candidat. Mais pour faire acte de candidature, l’électeur doit être inscrit sur la liste de la circonscription choisie et résider effectivement dans la région concernée. Toutefois, ce même texte dit que l’électeur qui ne réside pas dans la région concernée peut y être éligible s’il y a des intérêts économiques et sociaux. Ces dispositions s’appliquent autant aux candidats aux conseils régionaux qu’aux conseillers municipaux.

Ulrich Mouahet

Le Mandat

Repost 0
Published by Seth koko France - dans Elections en Côte d'Ivoire
commenter cet article
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 14:56

youssouf1Se former pour être plus performant et plus opérationnel. Tel est l’objectif visé par le Président de la Commission Electorale Indépendante (CEI), Youssouf Bakayoko en autorisant la tenue, ce jeudi 13 Septembre 2011, d’une conférence interne de formation à l’attention de son personnel technique et administratif. Cette première conférence d’une série de quatre programmée a eu pour cadre le Secrétariat Général de l’Institution et a porté sur le thème suivant : Election des Députés à l’Assemblée Nationale : organisation et enjeux. Un sujet d’actualité pourrait-on dire qui a été développé avec maestria par le Commissaire Central de la CEI Bayoro Dagrou Salomon, Secrétaire Permanent Adjoint et avec l’appui technique de
M. Konan Kouadio, Secrétaire Général de la CEI.

Sur l’organisation de cette élection, Bayoro Dagrou Salomon a commencé par catégoriser les types de systèmes électoraux. Il en cite au total trois: le système majoritaire uninominal à un tour, le système majoritaire uninominal à deux tours et le système proportionnel de liste. Si le dernier est le plus pratiqué par la quasi-totalité des systèmes démocratiques, a-t-il reconnu, la Côte d’Ivoire a opté pour le premier, c’est-à-dire le système majoritaire uninominal à un tour. Système dans lequel il suffit d’avoir une voix de plus que l’adversaire pour être l’élu. Bien qu’il soit simple, certains observateurs pensent qu’il n’est pas représentatif, selon le conférencier.

Autre question abordée, c’est le découpage électoral, autrement dit la division de l’ensemble du territoire national en circonscriptions électorales. A ce niveau, le conférencier précise qu’avant 2000, il était difficile de savoir sur quelle base le nombre des députés par circonscription électorale était fixé. Mais à l’issue des travaux de l’ex-Commission Consultative Constitutionnelle et Electorale (CCCE), une formule de calcul des sièges de députés a été définie. Cette formule qui prend en compte deux paramètres, à savoir : la population et la superficie, respectivement pondérées à 75% et 25%, se présente comme suit:

Si =(0,75 xHi+0,25 xAi) x SHA

où Si est le nombre de sièges de députés de la circonscription électorale i donnée, Hi et Ai, le nombre d’habitants et la superficie de ladite circonscription, S, le total national de sièges, H, la population totale de Côte d’Ivoire et A, la superficie totale du pays.

Ainsi, pour la législature 2000-2005, on avait les valeurs suivantes :

- nombre total de circonscriptions électorales = 174 = valeur maximale de i ;
- total national de sièges S = 225 ;
- population totale de Côte d’Ivoire = 15.366.674 habitants ;
- superficie totale du pays = 322.464 km².

Mais onze ans après et avec la démographie galopante, faut-il en rester là ou augmenter le nombre de circonscriptions ? Le conférencier a indiqué que les projections sont effectuées au niveau de la CEI. Projections pour la simple raison qu’aux termes de l’article 65 du Code électoral, le nombre de députés est fixé par la loi et l’initiative de cette opération incombe au Gouvernement. Et c’est fort de cette donnée communiquée par le Gouvernement que la CEI conduit ses calculs. Aujourd’hui, le gouvernement n’a encore rien dit à ce niveau, a précisé Bayoro Dagrou Salomon qui rappelle que l’exécutif est actuellement à pieds d’œuvre pour jouer sa partition. A propos du contentieux, le conférencier a indiqué qu’il intervenait à deux niveaux : toute personne peut, en effet, contester l’éligibilité d’un candidat mais à condition de disposer des preuves. L’autre aspect se situe au niveau électoral.

Quant à la proclamation des résultats, elle est d’abord faite dans chaque bureau de vote. Ensuite à la CEI locale au niveau de chaque circonscription administrative. Mais là, Il s’agit de résultats purement provisoires. Les résultats définitifs sont proclamés de façon solennelle par la CEI. Contrairement à la présidentielle où la CEI proclame les résultats provisoires et le Conseil Constitutionnel les résultats définitifs. Autre point capital pour les éventuels prétendants : c’est que pour être candidat, il faut d’abord et avant tout être électeur, c’est-à-dire être inscrit sur la liste électorale. Quel sera donc le sort réservé aux 75.000 personnes (20.000 ajournés pour raisons d’ordre technique et 55.000 non retrouvées après les croisements avec l’état civil) non présentes sur la liste qui souhaiteraient se présenter ? Le conférencier pense qu’il reviendra aux politiques de décider comme l’a prévu une décision du Cadre Permanent de Concertation en septembre 2010.

Quels enjeux ?

Quant aux enjeux, a révélé le principal orateur, ils sont nombreux et sont d’ordres politiques, matériels, financiers, humains et logistiques. Politiques parce que le parlement actuel a été mis en place depuis 2000 et avec la crise, son fonctionnement normal a pris du plomb dans l’aile. Pour donc équilibrer les choses pour le système démocratique que s’est choisi notre pays, il y’a lieu de doter le pays d’un Parlement en vue de rétablir les principes démocratiques qui disent qu’il faut un pouvoir exécutif, un pouvoir législatif et un pouvoir judiciaire. « C’est l’Assemblée Nationale qui régule les autres institutions » a-t-il fait savoir. Pour les enjeux matériels et financiers, Bayoro a affirmé que les financements doivent être en place car il s’agira de la confection des documents électoraux. Contrairement à la présidentielle, a-t-il expliqué, chaque circonscription aura son bulletin.
En plus, il faut pouvoir les conditionner de sorte à éviter que les bulletins de Bondoukou se retrouvent par exemple à San Pedro et vice versa. A cela, il faut ajouter le transport de tout ce matériel.

Parlant de ce qu’il a qualifié d’enjeux humains, il a noté qu’il y avait lieu de former les Commissaires Centraux (surtout avec les changements politiques intervenus qui ont vu l’arrivée de nouveaux Commissaires), les Commissaires locaux mais aussi et surtout d’optimiser les relations avec les partenaires extérieurs qui interviennent dans le processus. Les enjeux techniques consisteront à la réception des candidatures, leur traitement et leur publication. « Ici, il faut une plus grande mobilisation puisque les candidatures se font par département » a-t-il plaidé. Enfin, il pense que cette élection permettra à la CEI de tester ses propres capacités. Les législatives ne seront donc pas une simple messe à faire comme le pensent certains, ajoute M. Konan Kouadio qui pense que l’expertise acquise aujourd’hui par la CEI lui servira pour le succès de l’organisation du scrutin devant choisir nos députés.

A l’issue de la série de questions-réponses, M. Konan a, au nom de tous les participants, adressé ses chaleureuses félicitations au conférencier pour la qualité de sa prestation, félicitations ponctuées d’acclamations appuyées de l’assemblée.

Mme Yoli Bi Koné, Directrice des Etudes et de l’Education Civique au Secrétariat Général de la CEI, qui a techniquement préparé cette conférence interne a invité à nouveau le personnel à se mobiliser pour prendre part aux prochaines conférences qui porteront sur la logistique électorale, la sécurisation du processus électoral et la question de l’observation électorale.

Source : Service Communication de la CEI

Une vidéo de Seth Koko pour votre réflexion du jour  

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines

Repost 0
Published by Seth koko France - dans Elections en Côte d'Ivoire
commenter cet article
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 14:56

peuple ivoirienLes ADO Boys et ADO Girls, qui ont été très actifs dans la campagne du président Ouattara, ont fait samedi le bilan de leur participation à cette victoire du chef de l’Etat. Au terme de leur rencontre, ces jeunes se sont engagés à ne plus jouer les seconds rôles dans la gestion des affaires du pays.

Plus qu’une assemblée générale, la réunion bilan organisée ce samedi à la rue Lepic par les ADO Boys et ADO Girls a été un exutoire pour les jeunes, militants du Rhdp ou pas qui se sont investis dans la campagne du président Ouattara. Cette rencontre de vérité a permis de faire le bilan de la campagne et surtout d’exprimer leurs inquiétudes sur leur avenir après la formation du gouvernement qui, selon eux, n’a pas répondu à leurs attentes en termes de représentativité. Répondant à leurs exigences, Touré Mamadou, responsable des Véhicules d’opinion du candidat du Rhdp, a indiqué qu’au terme des assises qu’il prépare, la jeunesse va revendiquer 20% des postes dans les instances de décision. «J’ai été invité l’année dernière au congrès de l’Istiqlal, qui est la jeunesse du parti au pouvoir au Maroc. Là bas, 20% des postes sont réservés aux jeunes dans tous les secteurs d’activité. Que ce soit au gouvernement, dans les conseils généraux, municipaux, dans l’administration, dans la direction des partis politiques etc. Nous pensons que la Côte d’Ivoire doit évoluer vers une telle expérience. C’est pourquoi au niveau du comité scientifique des assises de la jeunesse ivoirienne que nous organisons dans le courant du mois de juillet, nous ferons venir des amis de la jeunesse de l’Istiqlal pour voir comment la Côte d’Ivoire pourrait s’inspirer de l’exemple du Maroc », a indiqué le président de la Cpc. Poursuivant, il a invité les leaders actuels de structures de jeunesse des partis politiques à passer le témoin aux plus jeunes. « Les ADO Boys et ADO Girls ont fait un travail extraordinaire pendant la campagne. Mais cette victoire est collective. Il y a aussi le Rjr et la Jpdci avec Karamoko Yayoro et KKB qui ont fait un travail extraordinaire ces quinze dernières années. C’est l’occasion pour nous de célébrer tous ces camarades qui, pendant de longues années, ont lutté pour nous permettre d’avoir ce que nous avons aujourd’hui. Mais pour parler de perspectives, au même moment où nous demandons à nos aînés de faire un peu d’espace aux jeunes, nous autres responsables des mouvements de jeunesse, nous ne devons pas nous éterniser à la tête de ces structures.

Nous devons faire la place à vous qui êtes encore plus jeunes », a-t-il ajouté. Devant ces jeunes qui ne veulent plus être des laissés pour compte, Touré Mamadou a demandé à éviter le syndrome Fologo. « Après avoir tout reçu de l’Etat et fort de cette riche et longue expérience, un Monsieur comme Fologo pouvait ouvrir une école de journalisme pour former les jeunes, mais il ne l’a pas fait. C’est pourquoi nous saluons le président de la République qui l’a enfin mis à la retraite. Nous ne voulons plus de Fologo dans ce pays et donnons-nous les moyens nous-mêmes pour ne pas devenir des Fologo. La politique n’est qu’un tremplin pour réussir, ce n’est pas la solution. Mettez plutôt l’accent sur votre formation et le président Ouattara va créer les conditions d’emploi des jeunes et de leur épanouissement ».

Notons qu’au cours de cette A.G, Narcisse Poko et Emma Biako, responsables des ADO Boys and Girls ont indiqué avoir visité 22 785 ménages. Malheureusement une militante du nom de Soumahoro Sita a été tuée, une autre a été enlevée puis violée pendant deux jours et un denier du nom de Yobouët Dominique a été enlevée et reste jusque là introuvable.

Kra Bernard

Source: L'expression

Une vidéo de Seth Koko pour votre réflexion du jour


 

 

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos

Repost 0
Published by Seth koko France - dans Elections en Côte d'Ivoire
commenter cet article
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 14:48

PARIS - Les ravisseurs du directeur français du Novotel d`Abidjan, retrouvé mort, étaient "à la recherche de Blancs" et l`hôtelier a
voulu "protéger ses clients", a témoigné vendredi sur France Inter un journaliste qui y résidait au moment de l`enlèvement, le 4 avril.

Omar Ouahmane, journaliste à France Culture, a précisé avoir "discuté avec le personnel" du Novotel, "en état de choc" après le kidnapping de Stéphane Frantz di Rippel.

Les membres du personnel "nous ont dit que lorsque ce commando est entré dans l`hôtel ils étaient à la recherche de Blancs, ils savaient qu`il y avait des journalistes dans l`hôtel, ce que le directeur de ce Novotel aurait démenti", a déclaré le reporter.

"Il aurait dit +non, il n`y a pas de Blancs, il n`y a pas de journalistes dans cet hôtel+. Incontestablement il a voulu protéger ses clients", a-t-il poursuivi, soulignant que le commando "n`avait pas le temps de fouiller toutes les chambres".

Jeudi, l`avocat de la famille de Stéphane Frantz di Rippel, Me Pierre-Olivier Sur, a annoncé que le directeur du Novotel avait été retrouvé mort, le groupe hôtelier Accor dénonçant "un meurtre révoltant".

Stéphane Frantz di Rippel a été enlevé le 4 avril avec un autre Français, Yves Lambelin, président de Sifca, première entreprise privée de Côte d`Ivoire, un Malaisien, Chelliah Pandian, directeur général de Sania, filiale du groupe Sifca, et un Béninois, Raoul Adeossi, assistant de M. Lambelin.

Tous les quatre ont été kidnappés par des hommes armés qui ont fait irruption dans l`hôtel. Abidjan était alors en proie à des combats entre fidèles de Laurent Gbagbo, arrêté le 11 avril, et partisans d`Alassane Ouattara, désormais à la présidence.

AFP


 

Repost 0
Published by Seth koko France - dans Elections en Côte d'Ivoire
commenter cet article
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 16:50

tanoh-25La Grande Histoire Mondiale retiendra que :

-Félix HOUPHOUET-BOIGNY a régné, dans la paix et le développement, de 1960 à 1993 (33ans).

-Henri KONAN-BEDIE a régné pendant six(6) ans, de 1993 à 1999, dans la paix et ambitionnant de réaliser son programme économique baptisé les douze(12) chantiers de l'éléphant d'Afrique....Malheureusement renversé par un Coup d'Etat Militaire...

-Le Général Robert GUEI et sa Junte militaire ont régné, seulement dix(10) mois difficiles, mais sans bruler le Pays....

-Laurent GBAGBO a régné dix(10) ans, d’octobre 2000 à Novembre 2010, avec terreur, dictature, assassinats, déchets toxiques, détournements massifs des richesses du pétrole, du gaz, du café, du cacao, etc.,

 Et dans des extrémismes populistes, populaires et patriotiques...

Pour justifier les velléités d'installation, à très longue durée, d'une dictature socialiste, fasciste et marxiste sanguinaire....

Enfin, l'Histoire retiendra de GBAGBO, que battu honteusement, par Alassane Dramane OUATTARA, à l'élection présidentielle, GBAGBO a refusé de céder le Pouvoir, dans la paix, la courtoisie, le respect, l'élégance, la sagesse, l'humilité et la dignité....

Ce qui a occasionné et justifié, La Révolution ivoirienne,  depuis le 28 novembre 2010: Les Populations ivoiriennes, ayant soif de démocratie, de liberté, de paix, de développement économique, etc...

Ont pris leur Destin en Mains, en refusant la Dictature et la Forfaiture de GBAGBO et de ses Adeptes illuminés....

Bravo et Félicitations aux Adeptes et Artisans de la Démocratie, de la Vérité, du Développement...

Et à toutes les Populations ivoiriennes qui soutiennent et participent à la Révolution ivoirienne....

J'ai l'assurance et la foi que notre Combat sera victorieux: Pour reconstruire une COTE D'IVOIRE Nouvelle, plus prospère, plus belle, plus hospitalière, plus développée et débarrassée des Vautours et Pythons sanguinaires des Ténèbres...

Mes très sincères et fraternelles Condoléances, à tous et à toutes, pour nos Martyrs tombés sous les Balles assassines de GBAGBO et de ses Adeptes illuminés....

Honneur et Gloire, éternellement, à tous ces enfants, à toutes ces Femmes, à tous ces Hommes, d'ABOBO, d'Anyama,

Et d'Ailleurs, froidement tués par des apprentis sorciers et des hiboux haineux, pseudo-croyants!

DIEU est Amour, Vérité, Paix, Sagesse et Esprit Saint....

Et Sa Parole est unique, immuable et éternelle: Le mal ne triomphera jamais du bien, et les ténèbres seront toujours vaincues par la lumière....

Vive la Démocratie,

Vive les Artisans de la Révolution ivoirienne,

Vive la Nouvelle COTE D'IVOIRE, plus belle et plus prospère.

TANOH NIAMKE, Diplomate, Ecrivain, Blogueur et Chroniqueur.

Une vidéo de Seth Koko pour votre réflexion du jour


 

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos

Repost 0
Published by Seth koko France - dans Elections en Côte d'Ivoire
commenter cet article
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 20:28

Maho-Glofiehi1.jpgGbagbo et ses chiens d’Hadès (mercenaires et miliciens) n’ont pas encore capitulé, malgré l’annonce de la fin de la guerre par le dictateur déchu et capturé depuis le 11 avril dernier. Des manœuvres et autres actions sont en cours pour déstabiliser le tout nouveau régime du Président Alassane Ouattara. Maho Glofiéhi, le chef de guerre du FLGO (Front de Libération du Grand Ouest) mis en déroute à Toulépleu, Bloléquin, Guiglo et Duékoué, veut ressusciter la guerre et reconquérir ces villes perdues, à partir de la forêt de Taï (une ville proche du Libéria que les FRCI ne maîtriseraient pas encore) où il s’est replié avec certains de ses hommes.

Après la déroute des mercenaires libériens et miliciens pro-Gbagbo à Abidjan , la sécurisation du pays entier continue. Mais, il reste encore quelques poches de résistance à l’Ouest de la Côte d’Ivoire. Fuyant la puissance de feu des Forces Républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI), les tueurs à la solde de Gbagbo se dirigent vers le Libéria voisin. Sur leur passage, de Yopougon à Taï, en passant par Dabou, Grand-Lahou, Fresco, Guitry, Sassandra, Tabou, Soubré et Guéyo, ils sèment la mort et la désolation au sein des populations civiles. Ils sont également massacrés par les FRCI qui protègent ces populations. Mais ces chiens d’Hadès continuent de résister, voire, prendre du volume au fur et mesure qu’ils avancent vers Taï où leur chef Maho Glofiéhi les attend pour finaliser le plan de la reprise du contrôle du pays et passer à l’action.

C’est pourquoi, selon des sources concordantes en provenance de Taï qui leur sert de base militaire, certains cadres du FPI de l’Ouest apportent gîtes, couverts, armes, munitions et moyens de transport aux mercenaires et miliciens fuyards. Entre temps, Maho Glofiéhi, le chef de guerre du FLGO, procède à de nouveaux recrutements de combattants au Libéria.

Ce plan ne date pas de l’après-capture de Laurent Gbagbo. C’est bien avant. Car, le chef de guerre du Front de Libération du Grand Ouest, Maho Glofiéhi, avait annoncé, le samedi 29 janvier 2011, à Gagnoa, une tournée dans tout le Grand- Ouest de la Côte d’Ivoire afin d’installer des groupes de résistance qui mèneront des actions coordonnées. "Cette grande force de résistance du Grand Ouest a pour mission d’aller intervenir là où ça ne va pas", avait-il dit.

Aujourd’hui, "ça ne va pas" chez Laurent Gbagbo qui a perdu le pouvoir. Et malgré son arrestation, le dictateur déchu continue de passer des messages codés dans l’espoir de reprendre le pouvoir par les armes. Il galvanise ses troupes. En disant : "Je vais bien, je mange bien et je dors bien", c’est un message qui signifie "qu’il est prêt à continuer la lutte. Qu’il attend de ses partisans de libérer le pays et de le libérer lui aussi pour contrôler la Côte d’Ivoire", selon certaines indiscrétions de LMP. Et qui connait Gbagbo sait qu’il parle le verlan. Comprenez donc le message à l’envers et vous trouverez un signal de détresse: "Je vais mal, je mange mal et je dors mal". Tout le luxe du pouvoir d’Etat lui manque. Suffisant pour que ses hommes lui volent au secours…dans un dernier baroud d’honneur. C’est pourquoi, des rumeurs folles de l’attaque d’Abidjan par des mercenaires, miliciens et soldats déserteurs pro-Gbagbo, le 21 mai prochain lors de l’investiture du Président Ouattara, circulent et donnent espoir aux militants de LMP. Attention donc à Maho Glofiéhi et aux messages de Gbagbo. On se souvient qu’en tout puissant "Woudy" de Mama, l’ex-Président avait dit : "Je ne laisserai jamais Ouattara gouverner la Côte d’Ivoire. Il devra passer sur mon corps pour s’installer au Palais", dans Jeune Afrique. Et les comportements ambigus de Mamadou Koulibaly, Affi N’Guessan, Miaka Ouréto et autres Toussaint Alain le prouvent bien. Ils ne se sont jamais sentis, ne serait-ce qu’en partie, coupables de la situation postélectorale avec son cortège de tueries et d’assassinats de nombreux Ivoiriens. C’est pourquoi, nul d’entre eux (militaires et civils ralliés) n’a jamais présenté ses excuses, n’a jamais demandé pardon à la Nation ivoirienne et aux Ivoiriens dans tous les discours et déclarations pondus avec césarienne, malgré eux.

Source : Le Mandat

Une vidéo de Seth Koko pour votre réflexion du jour

 

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos

Repost 0
Published by Seth koko France - dans Elections en Côte d'Ivoire
commenter cet article
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 00:32

54009 charles-ble-goude-et-laurent-gbagboCharles Blé Goudé, chef des "jeunes patriotes" du président ivoirien déchu, donné un temps arrêté par le gouvernement d'Alassane Ouattara, n'a pas été interpellé et se trouve "en lieu sûr", a déclaré samedi à l'AFP Toussaint Alain, un conseiller de Laurent Gbagbo à Paris.

"Nous apprenons de source proche de son ministère (Charles Blé Goudé avait récemment été nommé ministre de la Jeunesse par Laurent Gbagbo) qu'il serait en lieu sûr. Il n'a pas été arrêté", a-t-il dit.

Il n'a pas précisé si Charles Blé Goudé était en bonne santé ou pas, ni où il se trouvait, se refusant à tout autre commentaire sur le sort personnel de l'ancien "général de la rue", ainsi surnommé pour sa capacité à mobiliser la jeunesse et notamment les milieux estudiantins.

"Nous dénonçons une manipulation de la rébellion qui avait de mauvaises intentions en annonçant l'arrestation de Charles Blé Goudé puis en la démentant par la suite. C'était une manière de se couvrir au cas où il aurait été bastonné ou tué", a poursuivi le conseiller du président ivoirien déchu. "Leur idée était de se dédouaner. Nous condamnons ces méthodes et nous voulons savoir ce qu'il est advenu de toutes les personnes qui ont été arrêtées ces derniers jours et dont on est sans nouvelles", a-t-il ajouté.

Confusion

La confusion a régné vendredi autour du sort de Charles Blé Goudé, personnage clé du régime du président ivoirien déchu.

Chef des "jeunes patriotes", farouches partisans de Laurent Gbagbo, Charles Blé Goudé ne fait pas partie des fidèles de l'ex-chef d'Etat arrêtés en sa compagnie lundi dans la résidence présidentielle, lors de l'assaut des forces du président Alassane Ouattara, appuyées par la France et l'ONU.

Vendredi, le porte-parole du gouvernement d'Alassane Ouattara, Patrick Achi, avait déclaré à l'AFP que Charles Blé Goudé avait été "appréhendé" jeudi et qu'il se trouvait en "résidence surveillée", mais il s'est rétracté peu après, indiquant sans autre explication que les premières informations en sa possession n'avaient "pas été confirmées par la suite".

De nombreuses rumeurs ont circulé quant au sort de Charles Blé Goudé, des proches de Laurent Gbagbo le donnant même, tard vendredi, "entre la vie et la mort", tandis que l'ONU affirmait ne disposer d'aucune information.

Pour la porte-parole du président Alassane Ouattara, Anne Ouloto, "Charles Blé Goudé est en tout cas activement recherché". "C'est l'un des principaux piliers du régime de Laurent Gbagbo, notamment dans la gestion des milices : il a transformé les jeunes patriotes en milices, distribué des armes aux gens", avait-elle affirmé vendredi.

Source : Jeune Afrique

Repost 0
Published by Seth koko France - dans Elections en Côte d'Ivoire
commenter cet article
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 19:45

Cote-divoire-drapeauPARIS - Quelque 2.200 personnes se sont rassemblées dans le calme samedi après-midi sur la place du Trocadéro à Paris pour célébrer la victoire d'Alassane Ouattara, selon la préfecture de police (PP).
Un photographe de l'AFP sur place a évalué à 3.000 le nombre de
manifestants qui chantaient "Merci Sarkozy" ou encore "Merci l'ONU", dans une
ambiance de fête.
La manifestation se déroulait dans le calme, selon la PP
Depuis plusieurs semaines, des manifestations pro-Ouattara et favorables à
l'ancien président Laurent Gbagbo se sont succédé à Paris.
Lundi, sept policiers avaient été blessés lors d'échauffourées qui ont
éclaté au cours d'une manifestation spontanée de partisans de Laurent Gbagbo
sur les Champs-Elysées, à l'issue de laquelle 9 personnes ont été interpellées.

 

 


 

 

 

 


Une vidéo d'archives de Seth Koko pour votre réflexion du jour

 


 

 

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos

Repost 0
Published by Seth koko France - dans Elections en Côte d'Ivoire
commenter cet article
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 20:49

Alassane-Ouattara RHDPMichel Benoît Coffi,
Secrétaire général adjoint du Pdci-Rda
“C'est un discours rassembleur qui appelle au pardon”
" Je crois que le président de la République, en homme d'Etat ouvert et rassembleur, s'est adressé à ses concitoyens. Il a appelé au rassemblement et au pardon. Quoi de plus normal pour un disciple de Félix Houphouët-Boigny qu'il est, qui a le souci non pas de ses intérêts personnels, mais de l'intérêt de son pays. Il a parlé sans rancune, sans haine et sans esprit de vengeance. Il appartient au camp Gbagbo de saisir la perche qui lui est tendue. Pour ma part, il dit que s'il existe encore des consciences au Fpi, que tous parlent à Gbagbo. Parce que les Ivoiriens n'en peuvent plus. Le camp Gbagbo doit savoir que c'est lui l'instigateur de la situation dans laquelle sont les Ivoiriens aujourd'hui. Que les consciences du Fpi parlent à Gbagbo pour mettre un terme au calvaire que vivent les Ivoiriens. Avec Gbagbo, ce sera toujours les banques qui ferment. Or, avec le président Ouattara, c'est un nouveau départ pour les Ivoiriens vers le bonheur et la prospérité ".

Legré Philippe,
Secrétaire général du Mfa
“C'est un message rassurant et intelligent”
" C'est un grand message, un message d'union, intelligent et rassurant ".

Mme Dao Coulibaly Henriette,
présidente de l'Ufpdci
" C'est un message de paix "
" Nous attendions ce message du président de la République de retour d'Addis-Abeba où il a pris part au sommet de l'Union africaine. Et nous sommes très contentes du contenu de son message à la nation. C'est un message de paix. Le président de la République a tenu des propos sages. Laurent Gbagbo et son camp doivent enfin comprendre que le peuple a opté pour le changement en votant Alassane Ouattara. Le choix du peuple, c'est Alassane Ouattara. En homme de paix, il écoute ce que le président Bédié son aîné, lui recommande. Le président de la République a très bien parlé ".

Karamoko Yayoro, président du RJR
" C'est un appel à toutes les communautés pour une réconciliation vraie "
" Je voudrais dire que c'est un message d'espoir pour l'ensemble des Ivoiriens aujourd'hui meurtris. C'est un appel à toutes les communautés afin que nous allions très rapidement à la réconciliation nationale. Le chef de l'Etat s'est présenté encore une fois, en homme de paix. Il a donné à Laurent Gbagbo, une nouvelle opportunité de sortir par la grande porte. C'est un message qui nous l'espérons, va amener Laurent Gbagbo à saisir la perche qui lui est tendue. Nous demandons donc à tous les démocrates de se mobiliser et savoir que les jours du camp Gbagbo au pouvoir, sont comptés ".

André Kamaté
(président de la Lidho)
“C'est un discours d'apaisement et de retenue”
Il faut d'abord analyser le discours en trois moments. C'est un discours qui a fait le rappel des conclusions du panel de haut niveau de l'Union africaine (Ua), qui a confirmé la victoire du candidat Alassane Dramane Ouattara et qui le reconnaît comme président légitime de Côte d'Ivoire. Ensuite, il y a la condamnation des violences et des violations graves de Droits de l'homme qui continuent donc de se perpétrer en Côte d'Ivoire. Enfin, il y a la main tendue à son rival Laurent Gbagbo et également un appel à l'union de tous les fils et filles de Côte d'Ivoire, pour travailler main dans la main pour relever les défis de développement. Au total, c'est un discours d'apaisement, de retenue, un discours majeur parce que ça augure de ce qui pourrait être les relations entre les fils et filles de Côte d'Ivoire.

Source: Le Nouveau Réveil

Une vidéo de Seth Koko pour votre réflexion du jour

 
Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos


Repost 0
Published by Seth koko France - dans Elections en Côte d'Ivoire
commenter cet article
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 20:23

soro-au-man.jpgApres la remarquable progression pour le nettoyage de zone ouest, le commandement du groupement tactique d’instruction 1, la délégation FNCI et la société civile de Man a présenté Mardi 15 Mars, à la place de la paix, l’orgue de Staline, la redoutable arme soviétique de Gbagbo saisi par les combattants républicains sur le front de Toulepleu. Cette cérémonie suivie d’un meeting géant a permis d’expliquer aux populations, ce que Gbagbo voulait faire à l’ouest, avec cette machine à tuer. Du président de la société civile, Ousmane Manglé Touré à Camara Daouda, délégués FNCI de Man, en passant par la porte parole des femmes RHDP Mme Huguette Séa et celui des Jeunes, Zerbo Diakité, tous ont condamné l’usage de cette arme contre les populations de l’Ouest par Gbagbo. C’est pourquoi donnent-ils leurs soutiens aux désormais forces républicaines. A les appuyer par tous les moyens, jusqu’à l’installation d’ADO au palais. A travers les témoignages l’on apprendra les tueries organisées par les miliciens Guéré sur les communautés malinkés de Toulepleu et de Bloléquin. Aussi l’on a été informé de ce que l’imam de Bloléquin a été tué par eux. Et qu’un charnier d’une soixantaine de corps a été découvert à Toulepleu. Après avoir salué le courage des combattants du Groupement tactique d’instruction 1 et la détermination des femmes et des jeunes à installer Ado au palais, le Ministre Konate Sidiki a demandé aux populations d’être indulgentes et de soutenir jusqu’à la dernière énergie le combat pour la victoire . Il a ensuite expliqué à la population que cette arme qui jette 40 roquette à la seconde peut tuer a plus de 30 km . Cette arme, soutien il est interdite depuis 1948 en Europe, même en temps de guerre. Il a terminé pour dire que les 100 soldats de Gbagbo réfugiés au Liberia sont entrain de se rallier aux forces républicain et qu’Ado sera installé d’ici fin Mars en présence de 50 aine de chefs d’Ebats. Les opérateurs économiques et les populations ont offert du riz et d’argent aux combattants républicains pour les soutenir à progresser jusqu’à Abidjan.
Doumbia Balla Moïse, Correspondant régional
Légende : Après la présentation de cette arme de destruction massive, les populations des 18 montagnes sont déterminées à installer ADO au palais présidentiel au plus tôt.

Source: L'expression.

Vidéo du discour à la nation du président Ouattara pour votre réflexion du jour.


 

 

 

  Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos.

Repost 0
Published by Seth koko France - dans Elections en Côte d'Ivoire
commenter cet article

Présentation

  • : ACSCI France
  • ACSCI  France
  • : L’ACSCI (Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne) est une cellule de réflexion d’intellectuels ivoiriens qui s’unissent pour la défense des droits des populations."Vous souhaitez adhérer ou représenter notre cellule dans votre pays de résidence, n’hésitez pas à nous contacter."
  • Contact

Le Fondateur

  • Seth koko France
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur
  • Homme de paix et de vérité,Auteur du projet du Dialogue Direct inter-ivoirien,Stratège diplomatique de formation,Seth Koko fut Leader d'opinion,défenseur des droits de la société civile ivoirienne, à travers l'ACSCI dont il est le Fondateur

Annonces

Cote-divoire-drapeaudrapeau franceBienvenue sur le site officiel de la représentation française de l'ACSCI

Vous souhaitez intégrer notre céllule de réflexion l'ACSCI (l'Alliance Citoyenne de la Société Civile Ivoirienne), le groupe de France, contactez-nous à acscifrance@sethkoko-blog.com ou Tel: 0033 666155982

Recherche